Sourate 3 : La famille d’Imran

Sourate 3 : La famille d’Imran

Sourate 3 : La famille d’Imran – سورة آل عمران ( Accueil > Coran > Exégèse)   Les mérites de cette sourate Abi Oumâma al-Bahili rapporte qu’il a entendu le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dire : « Lisez le Coran, car il intercèdera en faveur de son lecteur le jour du jugement. […]

Rate this post
about this book
  • overview

    Sourate 3 : La famille d'Imran - سورة آل عمران ( Accueil > Coran > Exégèse)   Les mérites de cette sourate Abi Oumâma al-Bahili rapporte qu'il a entendu le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dire : "Lisez le Coran, car il intercèdera en faveur de son lecteur le jour du jugement. Lisez les deux sourates pleines de lumière ("La vache" et "La famille de Imran") car, au Jour de la Résurrection, elles viendront sous la forme de deux nuages ou de deux bandes d'oiseaux étalant leurs ailes pour plaider (la cause) de celui qui les lisait". (Mouslim) 4. auparavant, en tant que guide pour les gens. Et Il a fait descendre le Discernement. Ceux qui ne croient pas aux Révélations de Dieu auront, certes, un dur châtiment! Et, Dieu est Puissant, Détenteur du pouvoir de punir. le Discernement c'est le Coran (Qatâda et ar-Rabî') ; c'est la Torah (Abu. اâlih). Ibn Jarîr penche pour l'avis disant que le Discernement est la source, puisque le Coran comme la Torah sont nommément cités dans ce verset. 7. C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au coeur une inclinaison vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Dieu. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : "Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur!" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent. Les versets sans équivoque Ibn Abbâs : les péremptoires sont les versets abrogatifs, ainsi que ceux qui parlent de Son licite, de Son illicite, de Ses normes expresses. Yahya b. Ya'mur : C'est ce qui désigne les obligations, le fait d'ordonner le convenable et d'interdire le blâmable, le licite et l'illicite. Saïd b. Jubayr explique le caractère de "partie-mère" des versets péremptoires par le fait qu'ils se retrouvent dans toutes les Ecritures. Muqâtil appuie cet avis par le fait que la partie-mère est acceptée de tout détenteur d'Ecriture. Ibn Yasâr : Les versets péremptoires sont les arguments du Seigneur, donc les protections des croyants contre le faux des adversaires dénégateurs. Ces versets ne sont ni maniables ni falsifiables. Les versets ambigus ce sont les versets abrogés, le mis en premier, le mis en second, les relégués, les semblances, les parts, les versets auxquels on croit sans qu'ils aient un prolongement pratique (Ibn Abbâs) Ce sont les lettre citées au début de certaines sourates (Muqâtil b. Hayyân) Ibn Yasâr : Les versets ambigus s'avèrent des épreuves de Dieu pour Ses adorateurs, à la semblance des épreuves du licite et de l'illicite qui ne dévient en aucune manière du Vrai vers le faux. Ach-Chafi'i (que Dieu lui fasse miséricorde) a dit : "Quiconque dit : {Le Tout Miséricordieux S'est établi "Istawa" sur le Trône.} (20/5), on lui répond : Ce verset est un des versets ambiguës concernant lequel on est embarassé de donner une réponse, et on dit la même chose concernant les versets similaires" (al-Fiqh al-akbar p.17) Ceux qui mettent l'accent sur les versets à équivoque doivent être évités Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui), rapporte-t-on, avait récité {C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre… seuls les doués d'intelligence s'en rappellent} pour dire ensuite : Au cas où vous voyez ceux qui polémiquent sur cela, ce sont ceux-là à qui Dieu fait allusion. Prenez-en alors garde. Le Prophète , rapporte-t-on aussi, avait récité le même passage pour dire ensuite : au cas où vous voyez ceux qui s'attachent à l'ambigu, ce sont ceux-là que Dieu désigne. Prenez-en alors garde. L'interprétation des versets Ibn Abbâs : "L'explication a quatre approches ; une explication que personne n'est excusé pour comprendre, une explication que connaissent les Arabes grâces à leurs langues, une explication connue de ceux de science bien assise, et une explication connue de Dieu seul". il est rapporté que le Prophète a dit : "Le Coran n'est pas descendu pour que ces parties se démentent réciproquement. Ce dont vous aurez à connaître, connaissez-le, mais ce qui vous est ambigu, croyez-y". Ibn Jarîr, Umar b. abdal'azîz et Mâlik b. Anas disent qu'ils y croient mais qu'ils ne savent pas le déchiffrer. Mujâhid : Ibn 'Abbâs a dit : "Je suis parmi ceux de science bien assise qui savent l'interpréter". Et c'est pourquoi Mujâhid a dit : "Ceux de science bien assise savent l'interpréter et disent Nous y croyons". Ar-Rabî b. Anas et Muhammed b. Ja'far soutiennent le même avis Ceux qui sont bien enracinés dans la science Il est rapporté que le Prophète a été interrogé sur ceux de science bien assise et qu'il a répondu ainsi : C'est celui qui a une [main] de bienfaisance, une langue véridique, un cœur de rectitude, un ventre et un sexe exempt de souillure. Ibn Yazîd : Ce type de savants sont les soumis à Dieu en vue de Sa satisfaction, qui ne s'enorgueillissent pas devant plus important qu'eux ni ne méprisent ceux qui sont moins importants qu'eux. 8. "Seigneur! Ne laisse pas dévier nos coeurs après que Tu nous aies guidés; et accorde-nous Ta miséricorde. C'est Toi, certes, le Grand Donateur! Il est rapporté que le Prophète invoquait ainsi : Toi qui renverses les cœurs, affermis mon cœur dans Ta religion. et récitait ensuite "Seigneur! Ne laisse pas dévier nos coeurs après que Tu nous aies guidés; et accorde-nous Ta miséricorde. C'est Toi, certes, le Grand Donateur! 12. Dis à ceux qui ne croient pas : "Vous serez vaincus bientôt; et vous serez rassemblés vers l'Enfer. Et quel mauvais endroit pour se reposer!" 13. Il y eut déjà pour vous un signe dans ces deux troupes qui s'affrontèrent : l'une combattait dans le sentier de Dieu; et l'autre, était mécréante. Ces derniers voyaient (les croyants) de leurs propres yeux, deux fois plus nombreux qu'eux-mêmes. Or Dieu secourt qui Il veut de Son aide. Voilà bien là un exemple pour les doués de clairvoyance! Après avoir réussi, à la tête de l'armée musulmane, à vaincre les Quraychites de Makkah durant la bataille de Badr (au cours du mois de Ramadhân de l'an 2 de l'Hégire), le Prophète Mouhammad (صلى الله عليه وسلم) revint à Madinah et réunit l'ensemble des juifs au marché des "Banou Qaïnouqa'". Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) s'adressa alors à eux en ces termes : "Ô vous les juifs! Acceptez donc l'Islam, avant que Dieu ne vous fasse subir un sort semblable à celui des Quraïchites". Ces derniers répliquèrent : "Ô Mouhammad ! Ne vous surestimez pas parce que vous avez réussi à vaincre un groupe de Quraïchites. C'étaient des gens inexpérimentés qui ne connaissaient rien à la guerre. Si vous vous mesurez à nous, alors vous réaliserez que nous, nous sommes (réellement) des hommes et vous comprendrez que vous n'avez jamais eu affaire à des gens comme nous." C'est à la suite de cela que les deux présents versets ont été révélés. (Abou Dâwoud et Al-Bayhaqi) Ibn Mas'ûd dit : "Cela était à Badr : nous avions dirigé notre regard sur les associants, et à vue d'œil, nous les avions vus moins que nous. Et puis, nous les avions regardés. Nous les avions vus qu'ils ne nous dépassaient guère d'un seul homme. C'est cela Il vous les montrait peu nombreux à Vos yeux, de même qu'Il vous faisant paraître à leurs yeux peu nombreux" 18. Dieu atteste, et aussi les anges et les doués de science, qu'il n'y a point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage! Ibn Al-Qayyim (que Dieu lui fasse miséricorde) dit: Ce verset montre la supériorité de la connaissance ('ilm) et des gens de connaissance; les points suivants peuvent alors être déduits de ce verset : 1. Dieu a choisi les gens de science (Oulou l ' ilm) pour témoigner de Son Unité (Tawheed) plus que le reste de Sa création. 2. Dieu a honoré les gens de sciences en mentionnant leur témoignage avec Son témoignage. 3. Il a hautement élevé le statut des savants en associant leur témoignage avec le témoignage des anges. 4. Ce verset témoigne de la supériorité de ceux qui possèdent la connaissance. Dieu ne fait pas témoigner toute Sa création sauf ceux qui sont les plus en droit parmi eux. Il y a un hadith bien connue du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) qui a dit : "les plus en droit dans chaque génération porteront cette connaissance, rejetant les altérations des extrémistes, les revendications fausses des menteurs et les (mauvaises) interprétations des ignorants." (Hadith Hasan) 5. Dieu, L'Unique exempt de tout défauts, témoigne Lui-même de Son Unicité et Il est le plus grand des témoins. Il a alors choisi de Sa création les anges et les savants - c'est suffisant pour montrer leur excellence. 6. Allah a fait témoigner les savants avec le plus grand et le plus important des témoignages c'est-à-dire "Nul n'a le droit d'être adoré, sauf Dieu." Dieu, Celui qui est exempt de tout défauts et qui est Le Plus Haut, ne témoigne pas excepté sur des choses très importantes et seul les plus grand de la création de Dieu témoignent avec lui. 7. Dieu a fait du témoignage des gens de science une preuve contre ceux qui rejette la foi. Ainsi ils sont ses preuves et ses signes, indiquant Son Unicité (Tawhid). 8. Dieu Soubhanahu Wa Taala a employé un seul verbe "shahida" pour exprimer Son témoignage et le témoignage des anges et des savants. Il n'a pas employé de verbe différent (complémentaire) pour leur témoignage; ainsi il a connecté leur témoignage au Sien. Cela montre la liaison forte entre leur témoignage et le témoignage de Dieu, comme s'Il a témoigné lui-même de Son Unicité sur leurs langues et les a faits prononcer ce témoignage. 9. Dieu, L'Unique exempt de tout défauts, a fait accomplir aux savants Son droit (qu'aucun n'a le droit à être adoré, sauf Lui) par ce témoignage et s'ils l'accomplissent alors ils ont accompli et ont établi ce droit de Dieu sur eux. Il est alors obligatoire pour l'humanité d'accepter ce témoignage qui est un moyen d'atteindre le bonheur dans cette vie et dans le retour final (à Dieu). Quiconque prend cette guidance des savants et accepte cette vérité à cause de leur témoignage, il y aura alors pour les savants une récompense égale à eux. Et personne ne connaît la valeur de cette récompense, sauf Dieu. (Miftah Dar as Sa'ada) 36. Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : "Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille"; or Dieu savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n'est pas comme la fille. "Je l'ai nommée Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni" je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni Selon Abou Moussa (que Dieu l'agrée) : "J'ai eu un enfant, et je l'ai amené au Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) qui lui a donné le nom d'Ibrahim, lui a mis des dattes et a prié pour lui et me l'a redonné". (Al-Boukhâri n°5150, et Mouslim n°2145) 52. Puis, quand Jésus ressentit de l'incrédulité de leur part, il dit : "Qui sont mes alliés dans la voie de Dieu?" Les apôtres dirent : "Nous sommes les alliés de Dieu. Nous croyons en Dieu. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis. Selon Ibn Abbàs (que Dieu agrée le père et le fils), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) récitait dans les deux unités de prière surérogatoires de l'aube, dans la première : {Dites : "Nous avons cru en Dieu et à ce qui nous a été descendu...}. (2/136). Et dans la deuxième il recitait : {Nous avons cru à Dieu et atteste que nous sommes musulmans}. (3/52)". (Mouslim) 64. - Dis : "Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n'adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu". Puis, s'ils tournent le dos, dites : "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis". Puis il ordonna qu'on lui apporte la lettre de l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et il la lut : "Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. De Muhammad, l'Envoyé de Dieu à Héraclius le chef des Romains. Salut à quiconque suit la bonne voie. Ensuite, je t'appelle à l'islam. Convertis-toi à l'islam, tu trouveras le salut et Dieu te donnera une double récompense, mais si tu te détournes (de l'islam), tu seras chargé des péchés de ceux qui, de ton peuple, te suivront : {Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n'adorions que Dieu, sans rien Lui associer et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu. Puis s'ils détournent le dos, dites : 'Soyez témoins que nous, nous sommes soumis.} Le transmetteur (lui-même Abou Sufyân) ajoute : Lorsque Héraclius finit la lecture de la lettre, des voix s'élevèrent et un grand tumulte se produit dans son entourage et on nous fit sortir. Je dis alors à mes compagnons quand nous fûmes dehors : "L'affaire d'Ibn Abou Kabcha (désignant ironiquement le Prophète) a pris de l'importance puisque le roi des Banû Al-'Asfar (les Romains) le redoute". Et je ne cessai d'être convaincu que l'affaire de l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) aille l'emporter jusqu'à ce que Dieu me fit embrasser l'Islam. (Mouslim n°3322) Selon Ibn Abbàs (que Dieu agrée le père et le fils), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) récitait dans les deux unités de prière surérogatoires de l'aube, dans la première : {Dites : "Nous avons cru en Dieu et à ce qui nous a été descendu...}. (2/136). Et dans la deuxième il recitait : {Nous avons cru à Dieu et atteste que nous sommes musulmans}. (3/52)". Dans une autre version il est dit : "Dans la deuxième il récitait le verset : {Dis : "Ô gens du Livre! Venez à une parole...} (3/64)". (Mouslim) 77. Ceux qui vendent à vil prix leur engagement avec Dieu ainsi que leurs serments n'auront aucune part dans l'au-delà, et Dieu ne leur parlera pas, ni les regardera, au Jour de la Résurrection, ni ne les purifiera; et ils auront un châtiment douloureux. Selon Ibn Mas'oùd (que Dieu l'agrée), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Celui qui jure mensongèrement pour s'approprier injustement le bien d'un musulman, rencontrera Dieu plein de colère contre lui". Puis le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) nous récita du Livre de Dieu honoré et glorifié de quoi appuyer ses paroles : {Ceux qui troquent le pacte de Dieu et leurs serments pour un vil prix, ceux-là n'auront aucune part de bien dans l'autre monde. Dieu ne leur parlera pas au jour de la résurrection, ne tournera pas vers eux Ses regards et ne les bénira point. Ils auront des tourments douloureux} (3/77). (Al-Boukhâri, Mouslim) عن ابن مسعود رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ أن النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم قال: <من حلف على مال امرئ مسلم بغير حقه لقي اللَّه وهو عليه غضبان> قال: ثم قرأ علينا رَسُول اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم مصداقه من كتاب اللَّه عز وجل {إن الذين يشترون بعهد اللَّه وأيمانهم ثمناً قليلاً} إلى آخر الآية (آل عمران 77) . مُتَّفَقٌ عَلَيْهِ 91. Ceux qui ne croient pas et qui meurent mécréants, il ne sera jamais accepté d'aucun d'eux de se racheter même si pour cela il (donnait) le contenu, en or, de la terre. Ils auront un châtiment douloureux, et ils n'auront point de secoureurs. Il est rapporté selon Al-Boukhâri et Mouslim dans le hadith d'Anas (que Dieu l'agrée) que le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Il sera demandé au mécréant le Jour du Jugement s'il souhaite quitter place contre tous ses biens, il répondra par l'affirmative, et il lui sera dit que dans ce bas-monde il lui était demandé pourtant beaucoup moins !". وَفِي الْبُخَارِيّ وَمُسْلِم عَنْ قَتَادَة عَنْ أَنَس بْن مَالِك أَنَّ النَّبِيّ صَلَّى اللَّه عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ : ( يُجَاء بِالْكَافِرِ يَوْم الْقِيَامَة فَيُقَال لَهُ أَرَأَيْت لَوْ كَانَ لَك مِلْء الْأَرْض ذَهَبًا أَكُنْت تَفْتَدِي بِهِ فَيَقُول نَعَمْ فَيُقَال لَهُ قَدْ كُنْت سُئِلَتْ مَا هُوَ أَيْسَر مِنْ ذَلِكَ ) . لَفْظ الْبُخَارِيّ . وَقَالَ مُسْلِم بَدَل ( قَدْ كُنْت ; كَذَبْت , قَدْ سُئِلَتْ ) 92. Vous n'atteindriez la (vraie) piété que si vous faites largesse de ce que vous chérissez. Tout ce dont vous faites largesse, Dieu le sait certainement bien. Anas Ibn Mâlik (que Dieu l'agrée) a dit : "Abou Talha était le plus riche de tous les Ansâr de Médine. De tous ses biens, celui auquel il tenait le plus était une palmeraie (Bayrahâ) qui se trouvait en face de la mosquée. L'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) y pénétrait souvent pour boire de son eau douce. Anas, ajoute : A la révélation du verset suivant : {Vous n'atteindrez la (vraie) piété que si vous faites largesse de ce que vous chérissez.} Abou Talha alla trouver l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et lui dit : "Ô Envoyé de Dieu, Dieu a dit dans le Coran : {Vous n'atteindrez la (vraie) pitié que si vous faites largesse de ce que vous chérissez.} Or, de tous mes biens, celui auquel je tiens le plus c'est Bayrahâ; j'en fais aumône pour la face de Dieu; espérant qu'elle me sera comptée comme bonne œuvre et ajoutée à mon compte auprès de Lui. Ô Envoyé de Dieu, dispose-toi de cette palmeraie comme bon te semble". - "Comme c'est merveilleux!, répondit l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui), c'est un bien fructueux! C'est un bien fructueux! J'ai bien entendu ce que tu avais dit, mais je te suggère d'en faire aumône au profit de tes proches". Et Abou Talha de la partager entre ses proches parents et ses cousins paternels. (Al-Boukhâri, Mouslim n°1664) 96. La première Maison qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. Abou Dharr (que Dieu l'agrée) a dit : "Comme je demandais à l'Envoyé de Dieu quelle était la première mosquée bâtie sur terre, il me répondit : "La Mosquée sacrée". "Et ensuite ?", continuais-je. "Ensuite, reprit-il, ce fut la mosquée Al-Aqsa (de Jérusalem)". "Et quel était l'intervalle du temps entre leurs constructions ?", repris-je. "Quarante ans", répliqua-t-il". (Mouslim) 97. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l'endroit où Abraham s'est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité. Et c'est un devoir envers Dieu pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Dieu Se passe largement des mondes. Et c'est un devoir envers Dieu pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison. Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) rapporte : "Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) nous fit un sermon et dit : "Ô Gens! Dieu vous a prescrit le pèlerinage. Faites-le". Un homme lui demanda : "Est-ce tous les ans? 0 Messager de Dieu!" Il se tut jusqu'à ce que l'homme répétât trois fois la même question. Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) lui dit alors : "Si je disais "oui", cela deviendrait pour vous une obligation et vous n'en seriez pas capables". Puis il ajouta : "Tant que je me tais sur une question, ne m'interrogez pas là-dessus. Ceux qui étaient avant vous ne doivent en effet leur perte qu'à leurs nombreuses questions et à leur non conformité avec leurs prophètes. Quand je vous ordonne quelque chose, faites-en ce que vous pouvez et quand je vous interdis une chose, abstenez-vous-en (totalement)". (Mouslim) 102. Ô les croyants! Craignez Dieu comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission. Craignez Dieu comme Il doit être craint. Dieu (le Très-Haut) a dit : {Craignez Dieu, donc autant que vous pouvez} (64/16) Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a expliqué {comme Il doit être craint} par : "qu'Il soit obéi et jamais désobéi, qu'Il soit évoqué et jamais oublié, qu'Il soit remercié et jamais renié". (Al-Boukhâri) 106. Au jour où certains visages s'éclaireront, et que d'autres s'assombriront. A ceux dont les visages seront assombris (il sera dit) : "avez-vous mécru après avoir eu la foi?" Eh bien, goûtez au châtiment, pour avoir renié la foi. 'Abdullah Ibn 'Abbas (que Dieu agrée le père et le fils) dit à propos de l'explication du verset suivant : {Le jour où des visages blanchiront et d'autres noirciront.} (3/106) : "Ce sont les visages des [AHl as-Sounna] qui blanchiront et ce sont ceux des partisans de l'innovation et de la division qui noirciront". (Tafsîr Ibn Kathir) 110. Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Dieu. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) donne cette exégèse du verset suivant : "Vous êtes la meilleure nation suscitée aux humains". (3/110). "Les gens qui sont les plus utiles aux autres sont ceux qui les ramènent prisonniers et enchaînés dans les fers jusqu'à ce qu'ils entrent en Islam". (Al-Boukhâri) و عنه رَضيَ اللَّهُ عَنْهُ {كنتم خير أمة أخرجت للناس} قال: خير الناس للناس يأتون بهم في السلاسل في أعناقهم حتى يدخلوا في الإسلام. رَوَاهُ البُخَارِيُّ 122. Quand deux de vos groupes songèrent à fléchir! Alors que Dieu est leur allié à tous deux! Car, c'est en Dieu que les croyants doivent placer leur confiance. Jâbir Ibn 'Abdoullah (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : C'est à notre sujet ainsi qu'aux Banû Salima et aux Banû Hâritha, que ce verset fut révélé : {Quand deux de vos groupes songèrent à fléchir! Alors que Dieu est leur allié, à tous deux!} Nous aurons bien aimé qu'il ne fût pas révélé, à cause des paroles de Dieu, que Son nom soit exalté et loué : Alors que Dieu est leur allié à tous deux!. (Mouslim n°4560) 128. Tu n'as (Mouhammad) aucune part dans l'ordre (divin) - qu'Il (Allâh) accepte leur repentir (en embrassant l'Islam) ou qu'Il les châtie, car ils sont bien des injustes. Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) a dit : Lors de la prière de fajr (de l'aurore), l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) avait l'habitude de dire, après la récitation du Coran et la prononciation du takbîr et en relevant sa tête de l'inclination : "Dieu écoute celui qui Le loue. Seigneur! à Toi la louange". Puis, étant toujours debout, il disait : "Seigneur! Délivre Al-Walîd Ibn Al-Walîd, Salama Ibn Hichâm, 'Ayyâch Ibn 'Abî Rabî'a et tous les faibles d'entre les Croyants (ceux-ci étaient emprisonnés chez les polythéistes). Seigneur! Accable de Ta colère la tribu de Mudar (hostile aux musulmans) et fais que ses années soient comme celles de Yûsuf (Joseph) (années de détresse). Seigneur! Maudit Lihyân, Ri'l, Dhakwân et 'Usayya qui s'étaient montrés rebelles à Dieu et à Son Messager". - Plus tard, ajoute le transmetteur, nous sûmes que le Prophète abandonna cette habitude à la révélation de ce verset : {Tu n'as (Muhammad) aucune part dans l'ordre (divin) - qu'Il (Allah) accepte leur repentir (en embrassant l'Islam) ou qu'Il les châtie, car ils sont bien des injustes}. (Mouslim n°1082) 135-136. et pour ceux qui, s'ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Dieu), se souviennent de Dieu et demandent pardon pour leur péchés - et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Dieu? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait. Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire de ceux qui font le bien! Abou Bakr (que Dieu l'agrée) a dit : "J'ai entendu dire le Prophète : "Il n'y a pas un homme qui fait un péché puis se lève et se purifie et prie puis demande pardon à Dieu sans qu'Il lui pardonne". Puis il a lu ces versets : {et pour ceux qui, s'ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Dieu), se souviennent de Dieu et demandent pardon pour leurs péchés - et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Dieu? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait. Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement.} (3/135-136)". (Abou Dâwoud, An-Nasâi, Ibn Mâja, al-Bayhaqi, At-Tirmidhi qui dit : "bon") 144. Mouhammad n'est qu'un messager - des messagers avant lui sont passés - S'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur vos talons? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Dieu; et Dieu récompensera bientôt les reconnaissants. La récitation de ce verset par Mous'ab Ibn 'Omayr (que Dieu l'agrée) pendant la bataille d'Ouhoud Ibrahim Ibn Mouhammad Bin Charhabil Al'Abadan d'après son père nous a raconté que Mous'ab Ibn 'Oumayr porta le drapeau le jour de Ouhoud. Lorsque les musulmans s'éparpillèrent, Mous'ab, lui, résista. Alors Ibn Koumaïa qui était cavalier lui coupa la main droite et Mous'ab s'écria alors : {Mouhammad n'est qu'un Envoyé, des Prophètes ont vécu avant lui}. Il prit le drapeau de sa main gauche, qui fut également coupée. Il tint alors le drapeau avec ses bras contre sa poitrine en répétant les mêmes propos. Puis il lui asséna le troisième coup avec la lance et Mous'ab tomba avec le drapeau". (Ibn Sa'd) La récitation de ce verset par Abou Bakr (que Dieu l'agrée) après la mort du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) 'Orwa Ibn Zoubayr, que Dieu les agrée, rapporte : Abou Bakr (que Dieu l'agrée) revint alors du Sonh sur sa monture et s'arrêta devant la porte de la mosquée. Il vint, affligé et attristé, et demanda la permission d'entrer dans la maison de sa fille Aïcha (que Dieu l'agrée) et elle l'autorisa à entrer. Il entra, le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) était mort sur son lit et ses femmes étaient autour. Elles voilèrent leurs visages et se cachèrent d'Abou Bakr sauf Aïcha. Il découvrit le visage du Messager de Dieu et se pencha sur lui en l'embrassant et en pleurant. Il dit : "Ce que prétend Ibn Al-khattab est faux. Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) est bien mort, par celui qui tient mon âme dans sa main! Miséricorde de Dieu sur toi, Ô Messager de Dieu! Tu es si bon, vivant et mort". Puis il le couvrit de son habit et sortit rapidement à la mosquée. Il passa au-dessus des épaules des gens et arriva au minbar. En le voyant venir, 'Omar (que Dieu l'agrée) s'assit. Abou Bakr se leva à côté du minbar et appela les musulmans. Ils s'assirent et écoutèrent. Abou Bakr prononça l'attestation de foi et fit une introduction très touchante. Puis il reprit : "Dieu puissant et glorieux a annoncé à son Prophète sa mort alors qu'il était vivant et parmi vous, de même qu'il vous a annoncé votre mort. La mort est une vérité et il ne restera aucun parmi vous sauf Dieu puissant et glorieux. Dieu élevé a dit : {Mouhammad n'est qu'un messager - des messagers avant lui sont passés. S'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur vos pas ? Quiconque retourne sur ses pas ne nuira en rien à Dieu; et Dieu récompensera bientôt les reconnaissants} (3/144). -Ce verset est dans le Coran?! s'exclama 'Omar. Par Dieu! Je ne savais pas avant ce jour que ce verset avait été révélé (j'étais inconscient de son sens)! - Et Dieu élevé, continua Abou Bakr, a dit à Mouhammad, prière et paix sur lui : {En vérité tu mourras et ils mourront aussi} (39/30). Dieu élevé dit aussi : {Tout ce qui est sur elle doit périr. Seule subsistera la face de ton Seigneur plein de majesté et de noblesse} (55/26-27). Il dit encore : {Toute âme goûtera la mort. Mais c'est seulement au jour de la résurrection que vous recevrez votre entière rétribution} (3/185). Dieu a fait vivre Mouhammad et l'a gardé jusqu'à ce qu'il établit grâce à lui la religion de Dieu. Mouhammad (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a fait triompher la volonté de Dieu, il a transmis la religion de Dieu et a combattu pour la cause de Dieu, puis il est mort en accomplissant cela. Il vous a laissés sur la voie; quiconque périra aura déjà reçu la preuve et le remède. Celui dont le Seigneur est Dieu, Dieu est vivant et ne meurt pas, et celui qui adorait Mouhammad et le considérait comme un dieu, alors son dieu est mort. Musulmans! Soyez pieux envers Dieu! Tenez à votre religion! Placez votre confiance en votre Seigneur! La religion de Dieu est inébranlable et la parole de Dieu est complète. Dieu aidera celui qui l'aide et il fera triompher sa religion. Le livre de Dieu est parmi nous; il est la lumière et le remède; par lui, Dieu a guidé Mouhammad, prière et paix sur lui; il contient le licite et l'illicite. Par Dieu! Peu nous importe les créatures qui se coalisent contre nous! Nos sabres sont dégainés, nous ne les avons pas encore déposés, et nous combattrons ceux qui nous contredisent comme nous avons combattu avec le Messager de Dieu, prière et paix sur lui. Pour cela que personne ne se lance dans la perdition!". Puis les mouhajirins partirent avec lui voir le Messager de Dieu, prière et paix sur lui. 156. Ô les croyants! Ne soyez pas comme ces mécréants qui dirent à propos de leurs frères partis en voyage ou pour combattre : "S'ils étaient chez nous, ils ne seraient pas morts, et ils n'auraient pas été tués." Dieu en fit un sujet de regret dans leurs coeurs. C'est Dieu qui donne la vie et la mort. Et Dieu observe bien ce que vous faites. Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Si quelque problème t'atteint, ne dis pas : "Si j'avais fait ainsi, cela aurait été ainsi", mais dis plutôt : "Dieu avait écrit cela dans le destin, et Il a fait se réaliser ce qu'Il veut"". (Mouslim n°2664) 159. C'est par quelque miséricorde de la part de Dieu que tu (Mouhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au coeur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (de Dieu). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Dieu, Dieu aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. Ibn Kathîr a raporté dans son exégèse, d’après Ibn Mardaweih, que l’on a interrogé `Alî — qu’Allâh l’agrée — sur le sens de la résolution mentionnée dans le verset : « Et consulte-les à propos des affaires ; puis une fois que tu t’es résolu, confie-toi donc à Dieu » [3/159] Il a expliqué : « Il s’agit de consulter les gens avisés et de suivre leurs recommandations. » 172. Ceux qui, quoiqu'atteints de blessure, répondirent à l'appel de Dieu et du Messager, il y aura une énorme récompense pour ceux d'entre eux qui ont agi en bien et pratiqué la piété. D'après 'Urwa Ibn Az-Zubayr, 'Aïcha m'a dit : "Tes parents, par Dieu, furent de Ceux qui, quoiqu'atteints de blessure, répondirent à l'appel de Dieu et du Messager". (Mouslim n°4440) 173. Certes ceux auxquels l'on disait : "Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les" - cela accrut leur foi - et ils dirent : "Dieu nous suffit; Il est notre meilleur garant". Ibn 'Abbas (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : "Dieu nous suffit et quel bon défenseur!" C'est la formule prononcée par Abraham (عليه السلام) quand on le jeta au feu. Elle a été de même prononcée par Mohammad (paix et bénédiction de Dieu sur lui) quand on lui dit : "Les gens ont mobilisé des masses contre vous, craignez-les". Cela augmenta leur foi et ils dirent : "Dieu nous suffit et quel bon défenseur!". (Al-Boukhâri) 187. Dieu prit, de ceux auxquels le Livre était donné, cet engagement : "Exposez-le, certes, aux gens et ne le cachez pas". Mais ils l'ont jeté derrière leur dos et l'ont vendu à vil prix. Quel mauvais commerce ils ont fait! D'après Humayd Ibn 'Abd-Ar-Rahman Ibn 'Awf, Marwân dit à son portier : "Ô Râfi' va trouver Ibn 'Abbâs et dis-lui : Si chaque homme se réjouissant de ce qu'il a reçu et voulant être loué pour ce qu'il n'a pas fait devait être châtié, nous serions tous châtiés". Ibn 'Abbâs répondit : "Vous n'avez pas à vous préoccuper de ce verset qui était révélé aux gens du Livre". Puis, Ibn 'Abbâs récita ce verset : {Dieu prit, de ceux auxquels le Livre était donné, cet engagement : "Exposez-le, certes, aux gens et ne le cachez pas"}. Ibn Abbâs récita ensuite : {Ne pense point que ceux-là qui exultent de ce qu'ils ont fait et qui aiment qu'on les loue pour ce qu'ils n'ont pas fait.} Voici seulement à quoi cela se rapporte, ajouta Ibn 'Abbâs : "Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) avait interrogé les juifs sur une chose. Mais, ils lui en cachèrent la réponse et lui parlèrent d'autre chose. Ils lui manifestèrent ensuite qu'ils lui avaient donné la réponse à sa question et qu'ils méritaient d'être loués pour le renseignement qu'ils lui avaient donné et furent tout joyeux de ce qu'ils avaient fait en lui cachant la solution demandée". (Mouslim n°4982) Al-Hajjâj fit venir un jour Al-Hâssan Al-Basrî. Quand celui entra auprès de lui, il lui dit : « C'est bien toi qui dis [de nous] : « qu'Allah les combatte ! Ils ont tué des serviteurs d'Allah pour l'amour du dinar et du dirham ». « - Oui ! » dit Al-Hâssan Al-Basrî. « - Qu'est ce qui t'a poussé à cela ? » rétorqua le tyran. « - Ce sont - répondit Al-Hâssan - les pactes et les engagements qu'Allah a fait prendre aux savants de dévoiler aux gens la vérité et de ne point leur cacher ». « Ô Al-Hâssan! reprit Al-Hajjâj, retiens ta langue et tache de faire en sorte que je n'entende pas sur ton compte des choses qui me déplaisent, car alors je séparerais ta tête de ton corps ». 188. Ne pense point que ceux-là qui exultent de ce qu'ils ont fait, et qui aiment qu'on les loue pour ce qu'ils n'ont pas fait, ne pense point donc, qu'ils trouvent une échappatoire au châtiment. Pour eux, il y aura un châtiment douloureux! D'après Abou Sa'îd Al-Khudrî (que Dieu l'agrée), du vivant de l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui), quand il (paix et bénédiction de Dieu sur lui) partait en expédition, certains hommes, parmi les hypocrites, ne le suivaient point et se réjouissaient de rester chez eux en désobéissant à l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui). Lorsque l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) était de retour, ils s'excusaient auprès de lui, lui faisaient des protestations de fidélité, voulant être loués de ce qu'ils n'avaient pas fait. C'est à cause d'eux que fut révélé ce verset : {Ne pense point que ceux-là qui exultent de ce qu'ils ont fait et qui aiment qu'on les loue pour ce qu'ils n'ont pas fait, ne pense point donc, qu'ils trouvent une échappatoire au châtiment...} (Mouslim n°4981) Marwân a dit à Râfi’ : « Va trouver Ibn ‘Abbâs et dis-lui que si chacun de nous se réjouit de son œuvre et aime être loué pour ce qu’il n’a pas fait, alors nous allons tous être châtiés ». Ibn ‘Abbas répondit : « Mais cela ne s’applique pas à vous ! [ Car ce verset fut révélé au sujet des juifs ] le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) les interrogea sur une chose mais ils la lui dissimulèrent et l’informèrent d’une chose tout à fait différente. De plus, ils lui firent croire qu’il devait les remercier parce qu’ils l’avaient soit disant informé sur la dite chose ; d’autre part, ils se réjouirent de ce qu’ils lui avaient caché ». (Al-Boukhâri n°4568) 190. En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l'alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d'intelligence, 'Atâ a dit : "Je me rendis un jour en compagnie de 'Abîd Ibn 'Umayr auprès d'Aïcha - Que Dieu l'agrée -. Elle s'entretint avec nous de derrière un rideau. Elle dit : - Ô 'Ubayd ! Qu'est-ce qui t'empêche de nous rendre visite ? Il dit : "C'est cette parole de l'Envoyé de Dieu : "Rends visite de temps en temps, tu n'en seras que plus aimé." - Informe-nous de ce que tu as vu de plus merveilleux chez l'Envoyé de Dieu , dit Ibn'Umayr. - Tout ce qu'il faisait était merveilleux, dit-elle en pleurant. Durant une nuit qui m'était consacrée, il vint auprès de moi et fut si proche que sa peau toucha la mienne, puis il dit : "Laisse-moi rendre culte à mon Seigneur Puissant et Majestueux". Il se leva et alla vers la gourde d'où il puisa de l'eau pour effectuer ses petites ablutions. Après quoi, il accomplit la prière et pleura au point de mouiller sa barbe. Quand il se prosterna, il mouilla le sol. Puis, il s'allongea sur le côté jusqu'au moment où Bilâl vint lui annoncer l'imminence de la prière du matin. Celui-ci dit : - Ô Envoyé de Dieu ! Qu'est-ce qui te fait pleurer alors que Dieu a pardonné tes fautes antérieures et ultérieures ? - Ô Bilâl ! Et comment ne pas pleurer alors que Dieu le Très-Haut a descendu sur moi cette nuit : {II y a certes dans la création des cieux et de la terre, et dans l'alternance de la nuit et du jour, des signes évidents pour les doués d'intelligence} (3/190) Ensuite, il a dit : "Malheur à celui qui lit ce verset sans le méditer." 191. qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Dieu et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant) : "Notre Seigneur! Tu n'as pas créé cela en vain. Gloire à Toi! Garde-nous du châtiment du Feu. Ibn 'Abbâs (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : "A des gens qui méditèrent sur Dieu le Puissant, le Majestueux, l'Envoyé de Dieu (le Très-Haut) dit : "Méditez sur la création de Dieu et ne méditez pas sur Dieu car vous ne l'apprécierez pas à sa juste valeur".  

  • details
  • reviews