Les Sept Souffrance d’Ali ibn AbiTalib

Les Sept Souffrance d’Ali ibn AbiTalib

Le Messager de Dieu, non seulement durant toute sa vie, ait présenté comme son successeur, mais aussi dans divers évènements avait répété cela, et insisté sue ce point. Finalement pour l’ultime fois, devant une multitude de Musulmans, il me nomma « commandant des croyants » [il m’accorda le tire du « commandant »] et demanda […]

  • cheik al-durri al-najaf abadi
Les Sept Souffrance d’Ali ibn AbiTalib
2.7 (53.33%) 3 vote[s]
about this book
  • overview

    Le Messager de Dieu, non seulement durant toute sa vie, ait présenté comme son successeur, mais aussi dans divers évènements avait répété cela, et insisté sue ce point. Finalement pour l’ultime fois, devant une multitude de Musulmans, il me nomma « commandant des croyants » [il m’accorda le tire du « commandant »] et demanda à tous ceux qui étaient présents en ce jour, de me prêter serment d’allégeance, pour m’obéir et me suivre. Il demanda à ceux qui se trouvaient ce jour-là en ce lieu, de mettre au courant tous ceux qui avaient été absents, et qui n’avaient pas été présents à cet évènement important.[1] Les gens savaient cela, et se souvenaient parfaitement bien qu’au temps du Prophète de Dieu, c’était moi qui faisais parvenir ses commandements aux autres, et que je délivrais ses messages, ou bien pendant les expéditions et les voyages, c’était moi le commandant en chef de son armée. Par conséquent, c’était plus qu’improbable que des gens voulussent s’opposer contre moi, pour cela ou pour d’autres prétextes. Malgré cela, le Messager de Dieu décide pendant sa maladie- qui se termina avec sa mort- d’envoyer une armée de Médine à Rome, et dont le commandant en chef n’était autre qu’Ossamah ibn Zeyd. Le Messager de Dieu, afin de rassembler cette armée, ne divisa ni ne sépara point les hommes des tribus d’Aoss, de Khaz’raj et d’autres encore. Il leur ordonna à tous, de se préparer pour cette expédition, surtout parce que ces hommes me voyaient d’un œil rancunier et plein d’inimité. Car j’avais tué, soit leurs pères, soit leurs frères, soit leurs fils, ou même leurs proches parents durant les guerres passées.

  • details
    • cheik al-durri al-najaf abadi
  • reviews