LES DROITS DE LA FEMME EN ISLAM

LES DROITS DE LA FEMME EN ISLAM

PREFACE Au Nom d’Allah, Le Clément, Le Miséricordieux.  Le Problème des Relations Familiales Le problème des relations familiales n’est pas, à notre époque, si simple qu’il puisse être résolu à travers des sondages d’opinion parmi les jeunes gens et les jeunes filles, ni à travers des séminaires. Il n’est pas confiné à un seul pays, […]

  • Ayatolah Mortadhâ Motahhary
  • C.P. 712 Succ. (B) Montréal, Qc., H3B 3K3 Canada
Rate this post
about this book
  • overview

    PREFACE Au Nom d'Allah, Le Clément, Le MiséricordieuxLe Problème des Relations Familiales Le problème des relations familiales n'est pas, à notre époque, si simple qu'il puisse être résolu à travers des sondages d'opinion parmi les jeunes gens et les jeunes filles, ni à travers des séminaires. Il n'est pas confiné à un seul pays, et aucun pays n'a pu prétendre l'avoir réglé avec succès. Will Durant, le célèbre philosophe et auteur de "L'Histoire de la Civilisation"(3) écrit : «Si nous supposions que nous vivions en l'an 2000, et que nous voulions savoir quel était l'événement le plus important du 1er quart du 20e siècle, nous remarquerions que ce ne fut ni la 1ère Guerre Mondiale, ni la Révolution russe, mais le changement opéré dans la position de la femme. Rarement l'histoire a connu un tel changement incroyable en si peu de temps. Le foyer familial, qui avait été jusqu'alors la base de l'organisation sociale, le système conjugal qui avait constitué une prévention contre la débauche et une garantie de la stabilité de la vie familiale, la loi morale complexe qui nous avait aidé à passer de la barbarie à la culture et à une conduite sociale disciplinée, tout ceci a été balayé par ce changement révolutionnaire.» Même maintenant, alors que nous vivons au 3e quart du 20e siècle nous entendons plus que jamais les gens se plaindre de l'effondrement du système du foyer, de l'affaiblissement de la base matrimoniale, de la tendance des jeunes hommes à éviter le mariage et des femmes à détester la maternité, de la détérioration des rapports entre les parents (notamment les mères) et les enfants, du penchant de la femme à la vulgarité, du remplacement de l'amour par une sensualité vulgaire, de fla croissance du nombre des divorces et des enfants illégitimes, et de la raréfication de la sincérité et de la cordialité entre la femme et le mari. Devrions-nous imiter l'Occident ou être Indépendants ? Il est regrettable que certaines gens mal informées pensent que les questions relatives aux rapports familiaux sont similaires aux problèmes de l'organisation du tourisme, de la conduite d'un taxi ou d'un bus, de l'installation de réseaux de canalisations d'eau et d'électricité qui sont résolus par les Européens depuis longtemps, et que, étant donné notre inefficacité ou notre incompétence face à telles difficultés, nous devons suivre leur exemple le plus tôt possible. C'est là une pure illusion. Les Européens sont les plus grandes victimes des problèmes familiaux. Ils en souffrent plus que quiconque et leurs intellectuels le reconnaissent volontiers. Vivant à côté de la question de l'éducation féminine, ils sont sur ce point dans un désordre total et très loin de leur avance sur les autres domaines, technologiques, scientifiques, etc. Leur vie familiale est de loin moins heureuse que la nôtre. La Contrainte de l'Histoire D'aucuns pensent que la détérioration et la corruption du système familial sont dues à la libération de la femme, laquelle libération à son tour résulte inévitablement de la vie industrielle et du progrès de la science et de la civilisation. C'est une question du déterminisme historique. Ils estiment que nous n'avons d'autre alternative que de nous soumettre à la corruption et au chaos, et d'oublier le bonheur familial que nous vivions auparavant. Cette façon de penser est très superficielle et enfantine. Nous admettons que la vie industrielle a affecté les relations familiales et continue de le faire, mais les principaux facteurs qui perturbent la vie familiale en Europe sont au nombre de deux. L'un d'eux consiste en les coutumes, les usages et les lois absurdes et cruels qui prévalaient en Europe jusqu'au siècle dernier. C'est seulement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle que la femme a obtenu le droit de posséder une propriété. L'autre facteur est le fait que ceux qui s'étaient occupés de l'amélioration de la position de la femme ont choisi une mauvaise voie. Ils ont cherché à embellir ses sourcils, mais ils ont fini par la priver de la vue. Encore plus que la vie industrielle, ce sont les vieilles lois de l'Europe et les réformes des modernistes qui doivent assumer la responsabilité du chaos et de la confusion actuels. C'est pourquoi nous, Musulmans d'Orient, nous ne sommes nullement obligés de suivre la voie qu'ils ont empruntée, et de tomber dans la fondrière dans laquelle ils sont tombés. Nous devons être prudents vis-à-vis de la vie occidentale. Nous devons considérer la vie en Occident avec prudence. Lorsque nous cherchons à utiliser et à acquérir leurs sciences, leurs industries, leurs techniques et certains de leurs règlements sociaux commandables, nous devons nous abstenir d'imiter leurs coutumes, usages et lois qui leur ont apporté tant de malheurs. Nous devons éviter par exemple d'amender notre Code civil et nos relations sociales en vue de les conformer aux lois européennes. http://www.albouraq.org

  • details
    • Ayatolah Mortadhâ Motahhary
    • C.P. 712 Succ. (B) Montréal, Qc., H3B 3K3 Canada
  • reviews