Jamais Sans L’islam de mes enfants

Jamais Sans L’islam de mes enfants

si vous vous repentez (ce sera mieux pour vous, ô épouses du prophète) car vos cœurs ont dévié. si, par contre, vous vous alliez contre lui, « sachez » qu’allah est son allié ainsi que gabriel, le juste des croyants et après eux les anges « viennent » en auxiliaires complots r?ussis assalamou alaykoum! bonjour sultana! comment vas-tu? comment […]

  • docteur-imam sayyed mohammed saghir
Rate this post
about this book
  • overview

    si vous vous repentez (ce sera mieux pour vous, ô épouses du prophète) car vos cœurs ont dévié. si, par contre, vous vous alliez contre lui, "sachez" qu'allah est son allié ainsi que gabriel, le juste des croyants et après eux les anges "viennent" en auxiliaires complots r?ussis assalamou alaykoum! bonjour sultana! comment vas-tu? comment va ma petite sajida? bien... maman, sauf que cette môme ne cesse de crier jour et nuit. mais, pour ne pas provoquer ta colère, je n'ose pas l'envoyer rejoindre soumaya et mahdi chez mon beau-père au maroc. je sais que tu préfères qu'on la place dans une garderie ici à bruxelles, mais son père dit que les bonnes garderies sont saturées, les autres présentent des conditions humaines et pédagogiques inacceptables. tu es folle ma fille! je me demande comment tu es arrivée à pouvoir laisser tes enfants, l'un après l'autre, aller vivre dans un pays lointain, élevés par une autre femme! ecoute maman, contrairement à ce que vous croyez, toi et des membres de la famille, ce n'est pas l'imam, mon mari qui m'imposa l'idée d'envoyer les enfants vivre avec leurs frères et sœurs au maroc. ma situation actuelle ne me laisse pas de choix: je suis incapable d'assumer en même temps les devoirs d'une mère et ceux d'une enseignante de religion islamique. en plus, maman, il y a mon faible pour la t.v. et pour ces fameux films et feuilletons américains. tu le sais, l'habitude de les suivre et de n'en manquer aucun s'est emparée de moi depuis que j'étais enfant chez toi. aujourd'hui, c'est trop tard pour pouvoir m'en débarrasser. mohamed tente désespérément de la remplacer par des habitudes islamiques susceptibles, selon lui, de me rendre heureuse ici-bas et dans l'au-delà. et puis maman, tu as refusé de garder pour moi soumaya ou mahdi! pourtant, mohamed voulait te payer pour cela! paresseuse! ça, tout le monde en convient depuis que tu n'a pas pu franchir le pas du secondaire inférieur! mais à propos, comment ton mari a pu faire de toi une enseignante de religion islamique? je le doit à sa patience et à son acharnement. grâce à lui, j'ai suivi par correspondance des cours de mathématique, de sciences sociales, de littératures française et néerlandaise... quant aux cours d'islamologie et du saint coran, je me suis inscrite à l'institut du centre islamique, parc du cinquantenaire. pour ce qui est de la langue arabe, voici le manuel que mohamed a écrit pour moi: "l'enseignement de la langue coranique aux musulmans francophones"... ah! si ton père avait fait pour moi ce que ton mari fait pour toi! j'aurais alors été une autre personne! en fait, quand les conditions de travail à bruxelles et ailleurs étaient favorables à une réussite économique et sociale à notre portée, ton père était insouciant et sans expérience. c'est un soussi, d'accord, mais contrairement à ses cousins restés au maroc ou immigrés, il n'a pu trouver le chemin du profit matériel! ma famille, hélas, est aussi pauvre que la sienne. je n'ai pu alors aider ton père que par l'effort de mes bras et par mes encouragements perpétuels afin de gagner décemment notre pain quotidien et celui de nos enfants: toi et tes quatre frères. ?a fait longtemps que nous ne rêvons plus d'acheter une maison en belgique ou d'en faire construire une au maroc! que veux-tu nous sommes tous les deux en chômage et les dépenses quotidiennes et occasionnelles qu'exigent l'entretien et la scolarité de tes frères sont de plus en plus lourdes! ?a va maman, ne t'en plains pas, dis moi plutôt où sont maintenant papa et mes frères? pourquoi ne viennent-ils pas souvent me voir? ton père est allé voir ton grand frère à la prison de saint gilles, tes autres frères boudent toujours la ma, son et préfèrent les mauvaises fréquentations que recèlent les rues et discothèques de bruxelles. ils ne rentrent que le soir! mon mari ne vous-a-t-il pas proposé à plusieurs reprises de prendre mes frères en charge jusqu'à ce qu'ils entrent à l'université ou exercent un métier? hélas, plus que papa, tu t'es toujours opposée à cette idée sous prétexte que tu étais capable de subvenir toute seule à tous les besoins de tes enfants! ce qui me ronge, ma fille, c'est la peur de les voir sombrer un jour dans le gouffre de la drogue et des gangs qui en vivent et qui pullulent en belgique parmi la jeunesse désemparée qui s'expose de jour en jour à la contagion, l'incarcération ou carrément à la mort! d'accord, maman, mais permets-moi de te rappeler que vous étiez papa et toi - les premiers responsables de leur déviation. comme vous, nous avons tous commencé par fumer des cigarettes, ce qui constitue pour des personnes faibles de caractère une introduction à la consommation des stupéfiants. papa fumait et buvait, n'est-ce pas? quand il a arrêté, tu as pris sa place, puis ce fut mon tour jusqu'à ce qu'allah envoyât l'imam me délivrer de la plupart de mes anciennes habitudes. de www.alhassanaini.com

  • details
    • docteur-imam sayyed mohammed saghir
  • reviews