Exégèse de la sourate 2 : La vache

Exégèse de la sourate 2 : La vache

Exégèse de la sourate 2 : La vache ( Accueil > Coran > Exégèse)   Les mérites de cette sourate Abou Hourayra (que Dieu l’agrée) a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Ne faites pas de vos maisons des tombeaux; Certes, Satan fuit la maison […]

Rate this post
about this book
  • overview

    Exégèse de la sourate 2 : La vache ( Accueil > Coran > Exégèse)   Les mérites de cette sourate Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Ne faites pas de vos maisons des tombeaux; Certes, Satan fuit la maison dans laquelle on lit la sourate "Al-Baqara" (La vache)". (Mouslim) Abi Oumâma al-Bahili rapporte qu'il a entendu le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dire : "Lisez le Coran, car il intercèdera en faveur de son lecteur le jour du jugement. Lisez les deux sourates pleines de lumière (Az-zahrawayn : "La vache" et "La famille de Imran") car, au Jour de la Résurrection, elles viendront sous la forme de deux nuages ou de deux bandes d'oiseaux étalant leurs ailes pour plaider (la cause) de celui qui les lisait. Lisez la sourate "Al-Baqara" (La vache) car sa récitation est une bénédiction et son abandon est regrettable; et elle a le pouvoir de réduire à l'impuissance tout ensorcellement". (Mouslim) Selon Sahl ibn Sa'd, l'Envoyé a dit : "toute chose a une protubérance. Celle du Coran c'est 'la vache". Quiconque la récite une nuit dans sa maison, le diable n'y entre pas pendants trois jours". Selon Abou Hourayra, l'Envoyé reçut une nombreuse délégation : il examina alors chacun sur ce qu'il savait du Coran. Parvenu à un homme qui était le plus bas, il lui dit : "Qu'est-ce que tu as avec toi, Un Tel ?" -J'ai avec moi telle chose et telle chose et la sourate "la vache", dit le jeune homme. "Tu as avec toi la sourate de la "vache ?" "Oui". "Va" dit le Prophète, "tu es leur émir" Selon an Nuwâs ibn Sam'ân, le Prophète a dit : "le jour de la résurrection on amènera le Coran et ceux qui s'y conformaient, ainsi qu'à leur tête la sourate de "la vache" et de "la famille d'Imran". 1. Alif, Lam, Mim Ce verset fait parti de ceux qui peuvent prêter à diverses interprétations {C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses.} (3/7) Amir Ach Cha'bi (rah) : "Chaque Livre (divin) contient un secret, et le secret du Coran, ce sont les signes initiant (certaines) Sourates". (Ibn Al-Moundhir) Essais d'interprétations On rapporte de Ibn Abbas (que Dieu agrée le père et le fils) que "alif lâm mîm" signifierait "Je Suis Dieu le Plus Savant" ("Ana Allahou A'lamou"). (As Soyoûti "Al Itqân" 2/9) Un avis rapporté notamment de As Souddi (rah), et attribué, entre autres, à Ibn Abbas, Ibn Mas'oûd et 'Ali (que Dieu les agrée). Ces lettres seraient des Noms de Dieu. (Ar-Râzi - "Tafsîr Kabîr" 1/6) Saïd Ibn Joubayr (rah) affirmait pour sa part que ces lettres représentaient en fait des parties de Noms Divins : Ainsi, mis bout à bout, "A.L.R" (alif lâm râ - 11/1), "H.M" (hâ mîm - 41/1) et "N" (noûn - 68/1) donnent le Nom "Al Rahmân" (Le Tout Miséricordieux). (Ar-Râzi dans "Tafsîr Kabîr") Selon Qatâda (rah), ces sigles seraient en fait différents noms du Coran. (Abdoul Razzâq dans son Moussannaf) 2. C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux. Sa guidance est propre aux croyants Dieu (le Très-Haut) a dit : {pour ceux qui croient, il est une guidée et une guérison} (41/44) Dieu (le Très-Haut) a dit : {pour les croyants un guide et une miséricorde} (27/77) 3. qui croient à l'invisible et accomplissent la Salat et dépensent [dans l'obéissance à Dieu], de ce que Nous leur avons attribué. La croyance en l'invisible Abou Jum'a rapporte aussi ceci : "Nous avons soupé avec l'Envoyé. Abou Ubayda ibn al Jarrâh, qui était avec nous, a dit : "Ô Envoyé de Dieu, est-ce qu'il y en a qui sont mieux que nous ? Nous avons cru à l'Islam avec toi, nous avons combattu avec toi. -Oui, a répondu le Prophète, des gens viendront après vous et croiront en moi sans m'avoir vu." Ibn Mas'ûd a dit : "La cause de Muhammad est claire pour qui la voit. Par Dieu ! personne ne croit jamais d'une croyance meilleure que la croyance en l'invisible". Puis il a récité {qui croient à l'invisible [...] ce sont eux qui réussissent (dans cette vie et dans la vie future)} (2/3-5) L'invisible est ce qui est invisible aux yeux des hommes, c'est à dire les choses du Jardin, les choses du Feu et ce qui est cité dans le Coran (Ibn Abbâs, Ibn Mas'ûd). 'Atâ a dit : "Celui qui croit en Dieu croit en l'invisible." L'accomplissement de la Salat Accomplissent le rukû', le sujûd, ainsi que la récitation, le recueillement (Ibn Abbâs). c'est le fait de perpétuer la prière dans ses heures fixes, ses ablutions, son rukû' et son sujûd (Qatâda). et dépensent [dans l'obéissance à Dieu], de ce que Nous leur avons attribué C'est l'aumône légale qu'on fait sur ses biens (Ibn Abbâs) c'est la dépense de l'homme en faveur de sa famille (d'autres compagnons du Prophète). Ibn Jarîr, quant à lui, choisit l'avis qui dit que ce segment est général à l'aumône et aux dépenses. 4. Ceux qui croient à ce qui t'a été descendu (révélé) et à ce qui a été descendu avant toi et qui croient fermement à la vie future. Ibn Abbâs : et qui accordent créance à ce que tu as apporté de Dieu et à ce que les autres envoyés avaient apporté aussi, sans discrimination aucune entre tous les envoyés, et sans récuser ce que ces envoyés ont apporté de leur Seigneur. Selon l'avis de Mujâhid, qui est évident, la sourate de la Vache contient quatre versets pour qualifier les croyants, deux pour qualifier les mécréants et treize pour qualifier les hypocrites. 5. Ceux-là sont sur le bon chemin de leur Seigneur, et ce sont eux qui réussissent (dans cette vie et dans la vie future). Suivent la lumière venue de leur Maître et se conforment à ce qu'il leur a envoyé (Ibn Abbâs). 6. [Mais] certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Ils ne croiront pas jusqu'à qu'ils voient le châtiment Dieu (le Très-Haut) a dit : {Ceux contre qui la parole (la menace) de ton Seigneur se réalisera ne croiront pas, même si tous les signes leur parvenaient, jusqu'à ce qu'ils voient le châtiment douloureux} (10/96-97) Selon Ibn Abbâs, l'Envoyé tenait énormément à ce que tous les hommes croient et suivent la guidance : Dieu l'informa alors que ne croirait que celui à qui Dieu avait écrit le bonheur dans le Rappel premier, et ne s'égarait que celui à qui Dieu avait écrit l'infortune dans le Rappel premier. 7. Dieu a scellé leurs cœurs et leurs oreilles; et un voile épais leur couvre la vue; et pour eux il y aura un grand châtiment. Leurs coeurs sont scellés à cause de leurs péchés Dieu (le Très-Haut) a dit : {Pas du tout, mais ce qu'ils ont accompli couvre leurs cœurs.} (83/14) Le Prophète a dit : Si le croyant commet un péché, un point noir s'installe dans son cœur. S'il s'en repent, s'en décolle, se blâme, son cœur se récure. Mais s'il en rajoute, le point noir augmente, si bien qu'il domine son cœur. C'est cela dont parle Dieu : non pas ! mais leur cœur s'est souillé de leurs propres acquis. Selon Mujâhid, le cœur des dénégateurs est scellé sous-entend que les péchés se fixent dans leur cœur si bien qu'ils l'entourent complètement. Selon Ibn Jarîr, certains disent que Dieu a scellé leurs cœurs veut dire que Dieu nous informe sur l'orgueil des dénégateurs et leur refus d'entendre la Vérité à laquelle ils sont appelés. 10. Il y a dans leurs cœurs une maladie, et Dieu laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. Dieu (le Très-Haut) a dit : {Et quand une Sourate est révélée, il en est parmi eux qui dit : "Quel est celui d'entre vous dont elle fait croître la foi?" Quant aux croyants, elle fait certes croître leur foi, et ils s'en réjouissent. Mais quant à ceux dont les coeurs sont malades elle ajoute une souillure à leur souillure, et ils meurent dans la mécréance} (9/124-125) Ibn Abbâs : La maladie dont il s'agit est l'hypocrisie. Abdarrahmân b. Aslam : Cela est une maladie qui touche la foi, non une maladie qui atteint le corps. Selon as-Suddy, qui se réfère à Ibn Mas'ûd, cette parole divine concerne les hypocrites; le dégât sur la terre est la dénégation, ainsi que la désobéissance à Dieu. 11. Et quand on leur dit : "Ne semez pas la corruption sur la terre", ils disent : "Au contraire nous ne sommes que des réformateurs!" La corruption est la désobéissance Ne commettez pas de désobéissance sur la terre (Abou al-Aliya). Mujâhid : Lorsqu'ils se livrent à la désobéissance et qu'on leur dit : "Ne faites pas telle chose, ne faites pas telle autre chose"., ils rétorquent : "Au contraire, nous sommes sur la bonne voie des conciliateurs". Ibn Jarîr : Les gens d'hypocrisie sont des faiseurs de dégât sur la terre par leur désobéissance à Dieu, leur acharnement sur Ses interdits, leur abandon de Ses obligations, leur suspicion sur Sa religion et leurs actions de berner les croyants. Ils pensent ainsi être des réformateurs, des conciliateurs. Avec leur apparence de croyants, ils bernent les croyants (dotés de) leur vérité foncière, ils s'allient avec les dénégateurs contre les croyants. S'ils se suffisaient à leur apparence, leur mal serait moins dangereux. Leur réforme est la conciliation de la foi et de la mécréance Nous voulons concilier les deux parties que sont les croyants et les gens du Livre (Ibn Abbâs). 14. Quand ils rencontrent ceux qui ont cru, ils disent : "Nous croyons"; mais quand ils se trouvent seuls avec leurs diables, ils disent : "Nous sommes avec vous; en effet, nous ne faisions que nous moquer (d'eux)". quand ils se retrouvent avec leurs présidents en dénégation (Ibn Mas'ûd) quand ils se retrouvent avec leurs compagnons juifs qui leur demandent de démentir, de contredire le du Prophète (Ibn Abbâs) quand ils se retrouvent avec leurs compagnons hypocrites et associants (Mujâhid) quand ils se retrouvent avec leurs présidents et leurs dirigeants en associance et en malfaisance (Qatâda). Ibn Jarîr dit que le démon peut être un humain, un djinn, en s'appuyant sur : {des diables d'entre les hommes et les djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées} (6/112) 15. C'est Dieu qui Se moque d'eux et les endurcira dans leur révolte et prolongera sans fin leur égarement. Dieu se moque d'eux, par vengeance, Il leur dicte (Ibn Abbâs). 16. Ce sont eux qui ont troqué le droit chemin contre l'égarement. Eh bien, leur négoce n'a point profité. Et ils ne sont pas sur la bonne voie. Les hypocrites prennent l'errance et délaissent la guidance (Ibn Mas'ûd) ils achètent la dénégation moyennant la croyance (Ibn Abbâs) ils croient puis dénient (Mujâhid) ils préfèrent l'errance à la guidance (Qatâda) 17. Ils ressemblent à quelqu'un qui a allumé un feu; puis quand le feu a illuminé tout à l'entour, Dieu a fait disparaître leur lumière et les a abandonnés dans les ténèbres où ils ne voient plus rien. Ar-Râzy : La comparaison est parfaitement juste, parce qu'avec leur croyance ils ont gagné la lumière mais ont ensuite anéanti cette lumière avec leur hypocrisie plongeant ainsi dans une très grande confusion. Abdarrahmân b. Zayd : C'est cela la caractéristique des hypocrites. Ils étaient croyants si bien que la croyance illumina leur coeur comme la flamme qui illumine les alentours de ceux qui allument le feu, puis ils ont dénié : Alors Dieu enleva la lumière de la croyance, à la manière de la disparition de la flamme, et les a abandonnés aveugles dans les ténèbres. 18. Sourds, muets, aveugles, ils ne peuvent donc pas revenir (de leur égarement). Dieu (le Très-Haut) a dit : {Car ce ne sont pas les yeux qui s'aveuglent, mais, ce sont les coeurs dans les poitrines qui s'aveuglent} (22/46) 20. L'éclair presque leur emporte la vue : chaque fois qu'il leur donne de la lumière, ils avancent; mais dès qu'il fait obscur, ils s'arrêtent. Si Dieu le voulait Il leur enlèverait certes l'ouïe et la vue, car Dieu a pouvoir sur toute chose. Dieu (le Très-Haut) a dit : {Le jour où les hypocrites, hommes et femmes, diront à ceux qui croient : "Attendez que nous empruntions [un peu] : de votre lumières". Il sera dit : "Revenez en arrière, et cherchez de la lumière"} (57/13) Ibn Abbâs dit que leur vue risque d'être emportée à cause de la lumière intense de la vérité. Dieu pouvait bien leur enlever ces sens, parce qu'ils ont abandonné le Vrai après l'avoir connu (Ibn Abbâs). Ibn Jarîr : Dieu s'est décrit ici d'omnipotence, pour mettre en garde les hypocrites contre Son impétuosité. Ibn Jarîr avec de nombreux exégètes pensent que ces deux exemples ont été donnés pour un seul type d'hypocrites. 21-22. Ô hommes! Adorez votre Seigneur, qui vous a créés vous et ceux qui vous ont précédés. Ainsi atteindriez-vous à la piété. C'est Lui qui vous a fait la terre pour lit, et le ciel pour toit; qui précipite la pluie du ciel et par elle fait surgir toutes sortes de fruits pour vous nourrir, ne Lui cherchez donc pas des égaux, alors que vous savez (tout cela). Ibn Mas'ûd a dit : "J'ai demandé : " Ô Envoyé de Dieu, quel est pour Dieu le péché le plus grave ? - C'est, dit-il, que tu donnes à Dieu un égal alors que c'est Lui qui t'a créé. " Ne Lui donnez pas des semblables associés (Abou al-Aliya) Vous savez qu'il est l'Unique, dans la Torah et l'Evangile (Mujâhid). 23. Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins, (les idoles) que vous adorez en dehors de Dieu, si vous êtes véridiques. Ibn Abbâs : "vos témoins" signifie "vos appuis". 25. Annonce à ceux qui croient et pratiquent de bonnes oeuvres qu'ils auront pour demeures des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux; chaque fois qu'ils seront gratifiés d'un fruit des jardins ils diront : "C'est bien là ce qui nous avait été servi auparavant". Or c'est quelque chose de semblable (seulement dans la forme); ils auront là des épouses pures, et là ils demeureront éternellement. Ibn Abbâs (que Dieu l'agrée) a expliqué ainsi : "La réalité de ce qui existe dans le Paradis n'a de commun avec ce qui existe en ce monde que les noms". (Silsilat ul-ahâdîth as-sahîha, n° 2188) 44. Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire, alors que vous récitez le Livre? êtes-vous donc dépourvus de raison? Dieu (le Très-Haut) a dit : {ô vous qui avez cru ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? C'est une grande abomination auprès de Dieu que de dire ce que vous ne faites pas.} (61/2-3) Ousâma Ibn Zayd (que Dieu l'agrée) a dit : "J'ai entendu dire le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) : "Le jour de la résurrection on fait venir l'homme pour le jeter dans le Feu. Ses intestins sortent de son anus et il tourne en les traînant après lui comme tourne l'âne autour d'un moulin. Les gens de l'Enfer se rassemblent alors autour de lui et lui disent : "Ô untel! Qu'est-ce qui t'arrive? N'est-ce pas toi qui commandais le bien et interdisais le mal (sur terre)?" Il dit : "Si, j'ordonnais en effet le bien mais sans le faire moi-même et j'interdisais le mal tout en le faisant"". (Al-Boukhâri, Mouslim) 54. Et [rappelez-vous], lorsque Moïse dit à son peuple : â€¹Ô mon peuple, certes vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en prenant le Veau pour idole. Revenez donc à votre Créateur; puis, tuez donc les coupables vous- mêmes : ce serait mieux pour vous, auprès de votre Créateur›!... C'est ainsi qu'Il agréa votre repentir; car c'est Lui, certes, le Repentant et le Miséricordieux! Ibn Abass (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : "Le repentir était que chacun d'entre eux doit tuer celui qui rencontre qu'il soit son fils ou son père, il tue avec son épée sans se soucier du nombre de personnes qu'il a tué". (An-Nassai et Ibn Abi Hatim) 74. Puis, et en dépit de tout cela, vos cœurs se sont endurcis; ils sont devenus comme des pierres ou même plus durs encore; car il y a des pierres d'où jaillissent les ruisseaux, d'autres se fendent pour qu'en surgisse l'eau, d'autres s'affaissent par crainte de Dieu. Et Dieu n'est certainement jamais inattentif à ce que vous faites. vos cœurs se sont endurcis; ils sont devenus comme des pierres ou même plus durs encore Selon Ibn 'Omar (que Dieu agrée le père et le fils), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "L'homme le plus éloigné de Dieu est celui qui la le cœur dur". (At-Tirmidhi) 93. Et rappelez-vous, lorsque Nous avons pris l'engagement de vous, et brandi sur vous At-Tur (le Mont Sinaï) en vous disant : "Tenez ferme à ce que Nous vous avons donné, et écoutez!". Ils dirent : "Nous avons écouté et désobéi". Dans leur impiété, leurs cœurs étaient passionnément épris du Veau. Dis-[leur] : "Quelles mauvaises prescriptions ordonnées par votre foi, si vous êtes croyants". Ils dirent : "Nous avons écouté et désobéi". Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) a dit : "Quand fut descendu sur le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) le verset suivant : {C'est a Dieu qu'appartient ce qui est dans les cieux et dans la Terre. Que vous montriez ce qui est en vous-mêmes ou que vous le cachiez, Dieu vous jugera là-dessus} (2/284), cela pesa lourdement aux compagnons du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui). Ils se rendirent auprès de lui et s'accroupirent. Ils dirent : "Ô Messager de Dieu! On nous a imposé des actions que nous sommes capables de faire : la prière, la guerre sainte, le jeûne et l'aumône. Voilà maintenant qu'on fait descendre sur toi un verset que nous ne pouvons supporter." le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Voulez-vous donc dire comme ont dit les gens des deux Livres précédents : "Nous avons entendu et nous avons désobéi?" Mais dites plutôt : "Nous avons entendu et nous avons obéi, Ton absolution notre Seigneur! C'est vers Toi la destinée." (Mouslim) 102. Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Soulayman. Alors que Soulayman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant"; ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu'avec la permission de Dieu. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n'aura aucune part dans l'au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes! Si seulement ils savaient ! ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant" Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Ne font pas partie des nôtres celui qui pratique la magie et celui qui la fait pratiquer pour son compte". ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse Selon Jabir (que Dieu l'agrée), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Iblis place son trône sur la mer. Puis il envoie ses armées à travers le monde. Celui de ses agents qui est le plus proche de lui est celui qui provoque la plus grande corruption. L'un d'eux vient et dit : "J'ai fait cela et cela". Iblis lui répond : "Tu n'as rien fait". Puis un autre arrive et rapporte : "Je ne l'ai pas quitter (l'homme) avant que de l'avoir fait divorcer de son épouse". Iblis lui répond alors : "Oui, toi ! (tu as bien agi)"". (Ahmad) Or ils ne sont capables de nuire à personne qu'avec la permission de Dieu. Al-Hassan al-Basri dit : "Dieu leur donne un pouvoir sur certains et ne leur donne aucun pouvoir sur d'autres; ils ne peuvent rien entreprendre sur personne sans la permission de Dieu comme le dit le Très Haut. Satan incarne le djinn mécréant qui peut avoir pouvoir sur des croyants à cause de leurs péchés et de leur éloignement de la mention du nom de Dieu et de l'adhésion à Son unicité et la sincérité dans le culte qui Lui est voué. Quant aux serviteurs pieux de Dieu, Satan n'a aucun pouvoir sur eux comme le dit le Très Haut : {Quant à Mes serviteurs, tu n'as aucun pouvoir sur eux. Et ton Seigneur suffit pour les protéger!.} (17/65). Avant l'Islam, les Arabes connaissaient très bien cette affaire et l'invoquaient dans leur poésie. C'est ainsi qu'Al-Aacha assimilait sa chamelle énergique à un fou dans ce vers : "A l'issue d'un voyage nocturne, Elle apparaît comme piquée par un djinn passant"". 136. Dites : "Nous croyons en Dieu et en ce qu'on nous a révélé, et en ce qu'on n'a fait descendre vers Abraham et Ismaël et isaac et Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux prophètes, venant de leur Seigneur : nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis". Selon Ibn Abbàs (que Dieu agrée le père et le fils), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) récitait dans les deux unités de prière surérogatoires de l'aube, dans la première : {Dites : "Nous avons cru en Dieu et à ce qui nous a été descendu...}. (2/136). Et dans la deuxième il recitait : {Nous avons cru à Dieu et atteste que nous sommes musulmans}. (3/52)". (Mouslim) 143. Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. Et Nous n'avions établi la direction (qibla) vers laquelle tu te tournais que pour savoir qui suit le Messager (Mouhammad) et qui s'en retourne sur ses talons. C'était un changement difficile, mais pas pour ceux que Dieu guide. Et ce n'est pas Dieu qui vous fera perdre [la récompense de] votre foi, car Dieu, certes est Compatissant et Miséricordieux pour les hommes. On rapporte, d'après 'Ubayd-Allah Al-Taymi qu'Al-Hajjâj Ibn Yûsûf invita les jurisconsultes de Basrâ et de Kufa. Nous entrâmes chez-lui, dit le fils de 'Aishâ et le dernier à entrer fut Al-Hâssan Al-Basrî. Al-Hajjâj lui dit « bienvenu ô Abû-Sa'îd ! Viens, viens près de moi ! » Et il fit apporter un siège que l'on plaça près de son trône. Al-Hassân s'y assit et Al-Hajjâj se mit à converser avec nous et à nous interroger. Il en vint ainsi à parler de l'Imâm 'Alî Ibn Abî Talîb. Il dit du mal de lui et nous en dîmes aussi par courtisanerie envers lui et par crainte de sa méchanceté. Cependant, Al-Hassân Al-Basrî se taisait en se mordant le pouce. Al-Hajjâj lui dit : « Ô Abû-Sa'îd ! Tu es bien silencieux ! - Que pourrais-je bien dire ? » Répondit Al-Hâssan Al-Basrî. - « Dis-moi ce que tu penses de Abû-Turâb ['Ali Ibn Abî Talîb]. » dit Al-Hajjâj. Al-Hâssan répondit : « J'ai entendu cette parole d'Allah : {Et Nous n'avions établi la direction (Qibla) vers laquelle tu te tournais que pour savoir qui suit le Messager (Muhammad) et qui s'en retourne sur ses talons. C'était un changement difficile, mais pas pour ceux que Allah guide. Et ce n'est pas Allah qui vous fera perdre [la récompense de] votre foi, car Allah, certes est Compatissant et Miséricordieux pour les hommes.} (2/143) Or, 'Alî Ibn Abî Talîb est de ceux qu'Allah a bien dirigés parmi les gens de foi. Je dis donc : 'Ali est le cousin et le gendre du prophète. C'est lui que le prophète aime le plus. A son actif, il y a des marques de primauté qu'Allah lui a dévolues en premier et contre lesquelles ni toi ni personne ne prévaudra. Je dis encore que si 'Alî a commis quelque faute, c'est Allah qui en est comptable. Par Allah ! Je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus équitable à son sujet ». Alors le visage d'Al-Hajjâj se rembrunit, ses traits s'altérèrent. Il se leva en colère de son trône et entra dans une chambre qui était derrière lui. Amir Ibn Sarahîl Ach-Châbi qui était parmi les invités dit : « Ô Abû-Sa'îd ! Tu as irrité l'Emir et enflammé sa poitrine ! » Il me répondit : « Fi donc ! O Amir ! On dit de toi que tu es le plus savant des gens de Kufa. Mais tu es venu chez un démon d'entre les démons humains. Tu as parlé selon ta passion Tu le flattes dans ses avis. Malheur à toi, Ô Amir ! Que n'as-tu craint Allah quand il interrogeait ! Alors tu aurais dit la vérité ou tu te serais tu et tu aurais été exempt de reproche ». Amir répondit : « Ô Abû-sa'îd ! J'ai dit cela, mais je savais bien ce qu'il en était ». « C'est la un grief encore plus grave et qui pèse plus lourdement sur ta responsabilité » répondit Al-Hâssan Al-Basrî. 144. Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel. Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît. Tourne donc ton visage vers la Mosquée sacrée. Où que vous soyez, tournez-y vos visages. Certes, ceux à qui le Livre a été donné savent bien que c'est la vérité venue de leur Seigneur. Et Dieu n'est pas inattentif à ce qu'ils font. Ibn 'Omar (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : "Le Prophète faisait la prière en direction du Qouds [avec la Ka'ba devant lui] avant que ne descende ce verset : {Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel. Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît. Tourne donc ton visage vers la Mosquée sacrée.} (2/144). Quand ce verset fût descendu, il prit pour direction la maison sacrée [Al-Ka'ba]. Les gens étaient à Qouba en train de faire la prière du matin [As-Soubh] quand ont vint leur dire : "Cette nuit il fut ordonné au Prophète de changer la direction de prière actuelle pour la Ka'ba. Prenez-la donc pour direction! Leurs visages étaient vers le Chem, il se sont alors retournés vers la Ka'ba [et leur imam s'est déplacé jusqu'à se diriger vers la Ka'ba]"". (Al-Boukhâri, Mouslim n°818, Ahmad, At-Tabarâni, As-Sirâj) 156. qui disent, quand un malheur les atteint : "Certes nous sommes à Dieu, et c'est à Lui que nous retournerons". Selon Oum Salama (que Dieu l'agrée) : "J'ai entendu le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dire : "Toutes les fois que celui qui est frappé d'un malheur dit : "Nous appartenons à Dieu et c'est à Lui que nous devons retourner. Seigneur Dieu! Donne-moi un salaire pour mon malheur et donne-moi en compensation quelque chose de meilleur". Dieu le Très-Haut lui donne un salaire pour son malheur et le lui compense par quelque chose de meilleur". (Mouslim) Selon Abou Moûsa (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Quand l'esclave de Dieu perd l'un de ses enfants, Dieu dit à Ses anges : "Avez-vous retiré l'âme du fils d'untel?" Ils disent : "Oui". Il dit : "Vous avez donc cueilli le fruit de son cœur?" Ils disent : "Oui". Il leur demande : "Qu'a dit alors Mon esclave?" Ils disent : "Il T'a loué et dit : "Nous appartenons à Dieu et c'est à Lui que nous devons retourner". Dieu le Très-Haut dit : "Construisez donc pour Mon esclave une maison au Paradis et appelez-la "La maison de la louange"". (At-Tirmidhi) 165. Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors de Dieu, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Dieu. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour de Dieu. Quand les injustes verront le châtiment, ils sauront que la force tout entière est à Dieu et que Dieu est dur en châtiment!. Ibn Al Qayyim (que Dieu lui fasse miséricorde) a dit : "Voilà pourquoi le plus grand péché auprès de Dieu (le Très-Haut) est le chirk, et la base de celui-ci repose sur le chirk de l'amour comme le dit Dieu (le Très-Haut) : {Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors de Dieu, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Dieu. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour de Dieu.} (2/165)". (al-jawâb al kâfi) 172. Ô les croyants! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Dieu, si c'est Lui que vous adorez. Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Ô gens! Dieu est bon et Il n'accepte que ce qui est bon. Dieu a donné aux croyants les mêmes ordres que ceux qu'il a donnés au Messager. Dieu exalté a dit en effet : {Ô Messagers! Mangez de ce qui est permis et agréable et faites du bien} (23/51) et Il a dit:"Ô vous qui avez cru! Mangez des choses bonnes et pures que Nous vous avons données comme subsistance" (2/172). Puis il parla de tel homme qui prolonge son voyage, les cheveux en broussaille et tout couvert de poussière. Il tend cependant les mains vers le ciel en disant : "Seigneur! Seigneur!" alors que son manger est illicite, son boire illicite et qu'il n'a été nourri que de choses illicites. Comment donc exaucerait-Il les vœux d'un tel homme?". (Mouslim) و عن أبي هريرة رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ قال، قال رَسُول اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم: <أيها الناس إن اللَّه طيب لا يقبل طيباً، وإن اللَّه أمر المؤمنين بما أمر به المرسلين، فقال تعالى (المؤمنون 51): {يا أيها الرسل كلوا من الطيبات واعملوا صالحاً}. وقال تعالى (البقرة 171): {يا أيها الذين آمنوا كلوا من طيبات ما رزقناكم}. ï¾¢م ذكر الرجل يطيل السفر أشعï¾¢أغبر يمد يديه إلى السماء: يا رب يا رب، ومطعمه حرام ومشربه حرام وغذي بالحرام فأني يستجاب لذلك؟> رَوَاهُ مُسْلِمٌ 184. pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d'autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu'avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre. Et si quelqu'un fait plus de son propre gré, c'est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez! Salama (que Dieu soit satisfait de lui) a dit : "Quand ce verset {Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu'avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre} fut révélé, il était permis de rompre le jeûne à condition de faire une expiation. Cela dura jusqu'à la révélation du verset suivant qui l'abrogea". (Mouslim n°1931) 185. Le mois du Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeune ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidé, et afin que vous soyez reconnaissants ! Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous D'après Anas (que Dieu l'agrée) : "Trois hommes sont venus demander aux femmes du prophète (sur lui la bénédiction et la paix de Dieu) à propos de son culte; quand elles répondirent - ils l'ont considéré comme simple - ils ont dit : "Où sommes nous du Prophète (sur lui la bénédiction et la paix de Dieu), Dieu lui a pardonné tous ses péchés : ce qui a été dans le passé et ce qui viendra dans le futur". L'un d'eux dit alors : "Quant à moi je prie toute la nuit!". L'autre dit : "Moi je jeûne tous les jours!". Le troisième dit : "Moi je m'abstiens des femmes et je ne me marie jamais!". Le Messager de Dieu (sur lui la bénédiction et la paix de Dieu) vint alors et leur dit : "Est-ce vous qui avez dit telle et telle chose?... Par Dieu, je crains Dieu plus que vous et je suis le plus pieux parmi vous mais je ne jeûne pas tous les jours, je ne prie pas toutes la nuit, et j'épouse les femmes, celui qui refuse ma voie ne m'appartient pas". (Al-Boukhâri et Mouslim) Abou Quoutada El-Arabi nous rapporte que le Prophète - qu'Allah lui accorde la Grâce et la Paix - a dit : « Le meilleur de votre religion est la facilité. » (Ahmed). Abou Harouat nous rapporte que le Messager d'Allah - qu'Allah lui accorde la Grâce et la Paix - a dit : « La religion d’Allah est dans la facilité. » (Ahmed). Anas Ibn Malak nous rapporte que le Messager d'Allah - qu'Allah lui accorde la Grâce et la Paix - a dit : « Rendez les choses faciles, et ne les rendez pas difficiles, taisez-vous, et ne dénigrez pas. » (Ahmed) Mouhjane Ibn El-Adra’ nous rapporte que le Prophète - qu'Allah lui accorde la Grâce et la Paix - a dit : « Certes Allah a voulu pour cette communauté la simplicité (facilité), et il n’a pas voulu pour eux la difficulté. » (El-Hafid Abou Bakr Ibn Mardouyah) 187. On vous a permis, la nuit d'as-Siyam, d'avoir des rapports avec vos femmes; elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. Dieu sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce que Dieu a prescrit en votre faveur; mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées. Voilà les lois de Dieu : ne vous en approchez donc pas (pour les transgresser).C'est ainsi que Dieu expose aux hommes Ses enseignements, afin qu'ils deviennent pieux. D'après 'Adî Ibn Hâtim (que Dieu soit satisfait de lui), Quand ce verset : {Jusqu'à ce que se distingue, pour vous le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit fut révélé}, 'Adî Ibn Hâtim a dit : "Ô Envoyé de Dieu! Je mets sous mon traversin deux cordelettes, une noire et une blanche pour distinguer l'aube de la nuit". - "Ton traversin est donc singulièrement large, répondit le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui), le fil noir signifie la noirceur de la nuit et le fil blanc, la blancheur de l'aube". (Mouslim n°1824) Sahl Ibn Sa'd (que Dieu soit satisfait de lui) a dit : Quand ce verset : Mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc du fil noir fut révélé, l'homme (voulant jeûner) prenait une cordelette blanche et une autre noire et continuait à manger (et à boire) tant qu'il pouvait distinguer l'une de l'autre. Ce fut alors que Dieu abrogea le verset précédent par celui-ci : {le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit} et on comprit alors qu'il s'agissait de la noirceur de la nuit et de la blancheur de l'aube. (Mouslim n°1825) Ibn Taymiya (que Dieu lui fasse miséricorde) a dit: "Conditionner l'annulation des ablutions par le simple contact physique est contraire aux principes directeurs de la Législation islamique, au consensus des compagnons et aux traditions authentiques rapportées à cet égard. D'ailleurs, les tenants de cette opinion ne sont en mesure de produire aucun texte ni aucune déduction par analogie pour étayer leurs vues. Ainsi, si l'on dit, comme l'a fait entre autres Ibn 'Umar, que le "toucher" dont il est question dans le verset "ou si vous avez touché les femmes" désigne le contact de la main, le baiser ou tout acte similaire, alors il est de notoriété publique que lorsque le toucher est mentionné dans le Coran et la sounna, cela désigne le contact accompagné de désir, comme dans le verset traitant de la retraite spirituelle : {Et ne les touchez pas [vos épouses], pendant que vous êtes en retraite spirituelle dans les mosquées} (2/187). En effet, il n'est pas interdit à l'homme retiré dans la mosquée pour la dévotion et l'adoration de toucher sa femme, en l'absence de désir. En revanche, il lui est interdit de la toucher si cet acte est accompagné de désir". (Majmû' Fatâwâ 21/223-224) 189. Ils t'interrogent sur les nouvelles lunes - Dis : "Elles servent aux gens pour compter le temps, et aussi pour le Hajj [pèlerinage]. Et ce n'est pas un acte de bienfaisance que de rentrer chez vous par l'arrière des maisons. Mais la bonté pieuse consiste à craindre Dieu. Entrer donc dans les maisons par leurs portes. Et craignez Dieu afin que vous réussissiez!". D'après Al-Barâ' (que Dieu soit satisfait de lui), Quand les 'Ansâr accomplissaient le grand pèlerinage (le Hajj) et qu'ils rentraient chez eux, ils n'entraient point par la porte de leur maison, mais par l'arrière. Un homme des 'Ansâr étant rentré chez lui par la porte, on lui en fit le reproche et c'est alors que fut révélé ce verset : {Et ce n'est pas un acte de bienfaisance que de rentrer chez vous par l'arrière des maisons}. (Mouslim n°5351) 195. Et dépensez dans le sentier de Dieu. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. Et faite le bien. Car Dieu aime les bienfaisants. Selon Aslam Ibn Imran, alors qu'ils luttaient contre une puissante armée byzantine, un homme appartenant à l'armée musulmane attaqua les rangs des byzantins jusqu'à ce qu'il y pénétra. Les gens crièrent en disant : « Gloire à Dieu ! Il s'est jeté dans sa propre destruction. » A ces mots, Abou Ayoub al-Ansari se leva et dit : « O gens ! Vous interprétez ce verset à votre façon alors qu'il nous a été révélé à nous, Ansars, lorsque Allah a fait honneur à l'Islam en augmentant le nombre de ses adeptes; à ce moment, certains d'entre nous dirent secrètement à d'autres : « Notre richesse a diminué et Allah a fait honneur à l'Islam en augmentant le nombre de ses adeptes ; occupons-nous donc de notre richesse afin de compenser la perte que nous avons subie. Allah fit descendre le versant suivant {Et dépensez dans le sentier d'Allah et ne contribuez pas à votre propre destruction} (2/195) afin de réfuter ce que nous avons dit. La destruction réside dans le fait de s'occuper de sa richesse en l'accroissant et en abandonnant le Combat. » (Abou Dawoud 3/27 et Tirmidhi 4/280 qui le considère Sahih) D'après Abou Ishaq : "J'ai demandé à Al Bara : un homme se jetant vers les associateurs, s'est il jeté lui-même vers sa propre destruction ? Non, répondit-il, car Dieu a envoyé Son messager et lui a dit : Alors, combats dans le sentier de Dieu, tu n'es responsable que de toi-même mais ceci est plutôt dans les dépenses". (Ahmad) Selon Abou Ishaq assabi'i : j'ai entendu un homme demander à Al bara ibn 'azeb: "que pense-tu d'un homme qui attaque un contingent, au nombre de 1000, s'est-il jeté dans sa propre destruction ? Non, dit Al-Bara, mais sa destruction consiste à ce qu'un homme commette un péché, et qu'il se tue de ses propres mains, en disant : pas de repentir pour moi." (Ibn Hazm dans son Mouhalla) 198. Ce ne sera nullement pour vous un péché de rechercher quelque bienfait de la part de votre Seigneur Ibn 'Abbàs (que Dieu agrée le père et le fils), a dit : "'Oukàdh, Mijanna et Dhoulmajâz étaient des marchés avant l'Islam. Leurs habitants craignaient de commettre un péché en exerçant leur commerce durant les mois du pèlerinage. C'est alors que descendit le verset suivant : {Ce ne sera nullement pour vous un péché de rechercher quelque bienfait de la part de votre Seigneur} (2/198) dans les mois du pèlerinage". (Al-Boukhâri) 199. Ensuite déferlez par où les gens déferlèrent, et demandez pardon à Dieu. Car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. 'Aïcha (que Dieu soit satisfait d'elle) a dit : "Les Qoraychites et tous ceux qui suivaient leur religion, faisaient halte à Al-Muzdalifa et on les appelait "Al-Hums" (les forcenés, parce qu'ils s'attachaient enfièvrement à leur religion), tandis que tous les autres Arabes faisaient station à 'Arafa. A l'avènement de l'Islam, Dieu -à Lui la puissance et la gloire- ordonna à Son Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) de faire station à 'Arafa puis d'en déferler, et ce conformément à cette parole divine : {Ensuite, déferlez par où les gens déferlèrent}" (Mouslim n°2140) 201. Et il est des gens qui disent : "Seigneur! Accorde nous une belle part ici-bas, et une belle part aussi dans l'au-delà; et protège-nous du châtiment du Feu!". D'après Anas (que Dieu soit satisfait de lui), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) rendit visite à un musulman qui s'était affaibli jusqu'à ce qu'il fut devenu comme un poulet. Alors le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Est-ce que tu faisais une invocation précise ou une certaine requête (à Dieu)?". Et l'homme répondit : "Oui! Je disais : Seigneur! Si jamais Tu me préserves un châtiment dans l'au-delà, anticipe-le-moi ici-bas (estimant une horreur atténuée)". Sur ce, le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Gloire et pureté à Dieu! Tu ne peux pas le supporter. Pourquoi donc ne dis-tu pas : {Seigneur! Accorde-nous belle part ici-bas et belle part aussi dans l'au-delà; et protège-nous du châtiment du Feu} Puis le Prophète invoqua Dieu en sa faveur et l'homme fut guéri. (Mouslim n°4853) 203. Et invoquez Dieu pendant un nombre de jours déterminés. Ensuite, il n'y a pas de péché, pour qui se comporte en piété, à partir au bout de deux jours, à s'attarder non plus. Et craignez Dieu. Et sachez que c'est vers Lui que vous serez rassemblés. Et invoquez Dieu pendant un nombre de jours déterminés. Il s'agit dans ce verset des jours de Tashriq (11e, le 12e et le 13e jours de Dhoul Hijja) d'après Ibn 'Omar et la plupart des savants. 207. Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l'agrément de Dieu. Et Dieu est Compatissant envers Ses serviteurs. Mohamed Ibn Al-Hassan Al-Shaybani l'étudiant de Abou Hanifa a dit : Si un homme attaque seul 1000 païens, il n' y a pas d'objection à condition qu'il y ait un espoir de succès et qu'il inflige des pertes à l'ennemi ; auquel cas se sera réprouvé car il s'exposera à la mort sans tirer aucun profit pour les Musulmans. Quant à la personne dont le but est d'encourager les Musulmans à suivre son exemple, son acte est permis car il entraîne un profit pour les Musulmans d'une certaine façon. Si son intention est d'effrayer l'ennemi et de montrer la force de foi des Musulmans, son acte est permis. Si les Musulmans en retirent un bénéfice, alors son sacrifice pour renforcer la religion et affaiblir les mécréants fait partie d'une noble cause, celle dont se réfère le verset « Parmi les gens, il en est qui se sacrifie pour obtenir l'agrément d'Allah » (2/207) et d'autres versets. (Al-Qurtoubi dit dans son tafsir 2/364) 219. - Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : "Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité". Et ils t'interrogent : "Que doit-on dépenser (en charité)?" Dis : "L'excédent de vos bien." Ainsi, Dieu vous explique Ses versets afin que vous méditiez Et ils t'interrogent : "Que doit-on dépenser (en charité)?" Dis : "L'excédent de vos bien." Ibn 'Abbâs (que Dieu agrée le père et le fils) interprète cet "excédent" comme étant la somme d'argent qui reste après avoir pourvu à tous les besoins de la famille. 223. Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l'avance. Craignez Dieu et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants ! Jâbir (que Dieu soit satisfait de lui) a dit : Les juifs prétendaient que quand l'homme entreprenait des rapports charnels avec sa femme (à travers son vagin mais) en se tenant derrière elle, l'enfant, fruit de cette union, sera louche. C'est pourquoi ce verset fut révélé : {Vos épouses sont pour vous un champ de lAbour (lieu de productivité comme le champ); allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez...} (Mouslim n°2592) Une femme auxiliaire demanda au Prophète ce qu'il en était de l'homme qui se positionne derrière sa femme pour la pénétrer par devant. Il lui récita alors le verset : "Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme vous le voulez.", en précisant que cela devait se faire uniquement dans le vagin. Un jour, 'Omar (que Dieu l'agrée) dit au Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) : "Ô Messager de Dieu, je suis perdu !" Il lui demanda : "Et qu'est-ce qui t'a perdu ?" 'Omar répondit : "J'ai changé de destination hier soir - signifiant par-là qu'il s'était positionné derrière son épouse pour la pénétrer par devant." Le Prophète garda le silence et ne dit rien, jusqu'à la révélation du verset susmentionné. Il lui dit alors : "Positionne-toi par devant ou par derrière, mais fais attention à la période des règles". 228. Et les femmes divorcées doivent observer un délai d'attente de trois menstrues; et il ne leur est pas permis de taire ce que Dieu a créé dans leurs ventres, si elles croient en Dieu et au Jour dernier. Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s'ils veulent la réconciliation. Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Dieu est Puissant et Sage. Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. قال ابن عباس : إني لأتزين لامرأتي كما تتزين لي , وما أحب أن أستنظف كل حقي الذي لي عليها فتستوجب حقها الذي لها علي ; لأن الله تعالى قال : " ولهن مثل الذي عليهن بالمعروف " أي زينة من غير مأثم Ibn Abbâs (que Dieu agrée le père et le fils) disait : "J'aime m'embellir pour mon épouse comme j'aime qu'elle s'embellisse pour moi, car Dieu (le Très-Haut) a dit : {Et elles ont des droits, comparables aux devoirs qu'elles ont, dans la bienséance} (2/228). Je n'aimerais pas exiger tous mes droits, car Dieu en a parlé en disant : {Et les hommes ont un degré sur elles} (2/228)". (Tafsîr at-Tabarî) Ibn Abbâs (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : "Le degré que Dieu a évoqué dans ce verset est que l'homme passe sur certains de ses droits dont son épouse ne s'acquitterait pas, tout en s'acquittant, lui, de tous ses devoirs vis-à-vis d'elle". (Tafsîr at-Tabarî) 229. Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, - à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer aux ordres imposés par Dieu. Si donc vous craignez que tous deux ne puissent se conformer aux ordres de Dieu, alors ils ne commettent aucun péché si la femme se rachète avec quelque bien. Voilà les ordres de Dieu. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les ordres de Dieu ceux-là sont les injustes. 'Aicha (que Dieu l'agrée) a dit : "les arabes répudiaient leur femmes autant de fois qu'ils le voulaient; elles restaient leurs épouses des lors qu ils les reprenaient durant leur délai de continence, les eussent ils répudiées cent fois et plus. Jusqu'à ce que l'un d entre eux dise un jour à sa femme : "Par Dieu, je ne vais ni te répudier, pour que tu sois libérée de moi, ni te garder pour femme. Comment cela se peut il ?demanda t elle. Je te répudierai, rétorqua t-il puis à chaque fois que ton délai de continence sera près d'arriver à expiration, je te reprendrai." Aussitôt l'épouse de cet homme se rendit chez Aicha et fit part a celle ci de son désagrément, mais Aicha garda le silence jusqu'au retour du Prophète (sur lui la grâce et la paix) auquel elle fit part de la chose. Le prophète (sur lui la grâce et la paix) garda le silence jusqu'à ce que ce verset du Coran fut révélé: {Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, - à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer aux ordres imposés par Dieu} (2/229). (At-Tirmidhî) 232. Et quand vous divorcez d'avec vos épouses, et que leur délai expire, alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s'ils s'agréent l'un l'autre, et conformément à la bienséance. Voilà à quoi est exhorté celui d'entre vous qui croit en Dieu et au Jour dernier. Ceci est plus décent et plus pur pour vous. Et Dieu sait, alors que vous ne savez pas. Ma'qal Ibn Yassar (que Dieu l'agrée)a dit : "J'ai marié une de mes soeurs à un homme qui divorça d'elle jusqu'a ce que dépasse son délai de viduité, puis il revient me la redemander en mariage, et je lui ait dit : "Je te l'ai marié, je t'ai honoré puis tu la divorcé et tu viens me la redemander, par Dieu elle ne reviendra plus jamais à toi." Et c'était (le prétendant) un homme bien, et la femme voulait retourner avec lui. Dieu descendit ce verset-ci. Je dis alors au Prophète (s) : "Maintenant je le fais...", puis je lui ai donné en mariage à cet homme". Dans une autre version il est dit qu'après la descente du verset, Ma'qal dit : "J'écoute et j'obéis à mon seigneur...". (Al-Boukhâri) 234. Ceux des vôtres que la mort frappe et qui laissent des épouses : celles-ci doivent observer une période d'attente de quatre mois et dix jours. Passé ce délai, on ne vous reprochera pas la façon dont elles disposeront d'elles mêmes d'une manière convenable. Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Zaynab Bint Abi Salama (رضي الله عنها) rapporte : "Je suis entré chez l'épouse du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) Oum Habiba (رضي الله عنها) lorsque mourut son père Abou Soufyan Ibn Harb (que Dieu l'agrée). Elle se fit apporter un flacon de parfum de couleur jaunâtre. Elle en appliqua à une petite fille et en toucha ses deux joues en disant : "Par Dieu je n'éprouve aucun désir de me parfumer mais j'ai entendu le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dire du haut de sa chaire : "Il n'est pas permis à la femme croyant en Dieu et au jour ultime de porter le deuil d'un mort plus de trois nuits sauf celui de son mari qui doit durer quatre mois et dix nuits". Zaynab a dit : "Je suis entrée chez Zaynab Bint Jahsh (رضي الله عنها) qui venait de perdre son frère. Elle se fit apporter un flacon de parfum. Elle le toucha de ses doigts en disant : "Par Dieu je n'éprouve aucun désir de me parfumer mais j'ai entendu le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) du haut de sa chaire dire : "Il n'est pas permis à la femme croyant en Dieu et au jour ultime de porter le deuil d'un mort plus de trois nuits, sauf celui de son mari qui doit durer quatre mois et dix nuits". (Al-Boukhari, Mouslim) عن زينب بنت أبي سلمة رَضِيَ اللَّهُ عَنْها قالت: دخلت على أم حبيبة زوج النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم حين توفي أبوها أبو سفيان بن حرب رَضِي اللَّه عَنْهُ فدعت بطيب فيه صُفْرَةُ خَلُوق أو غيره فدهنت منه جارية ï¾¢م مست بعارضيها ï¾¢م قالت: والله ما لي بالطيب من حاجة غير أني سمعت رَسُول اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم يقول على المنبر: <لا يحل لامرأة تؤمن بالله واليوم الآخر أن تحد على ميت فوق ï¾¢لاï¾¢ليال إلا على زوج أربعة أشهر وعشراً> قالت زينب: ï¾¢م دخلت على زينب بنت جحش رَضِيَ اللَّهُ عَنْها حين توفي أخوها فدعت بطيب فمست منه ï¾¢م قالت: أما والله ما لي بالطيب من حاجة غير أني سمعت رَسُول اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّم يقول على المنبر: <لا يحل لامرأة تؤمن بالله واليوم الآخر أن تحد على ميت فوق ï¾¢لاï¾¢إلا على زوج أربعة أشهر وعشراً> مُتَّفَقٌ عَلَيْهِ 236. Vous ne faites point de péché en divorçant d'avec des épouses que vous n'avez pas touchées, et à qui vous n'avez pas fixé leur mahr. Donnez-leur toutefois - l'homme aisé selon sa capacité, l'indigent selon sa capacité - quelque bien convenable dont elles puissent jouir. C'est un devoir pour les bienfaisants. Ibn Taymiya (que Dieu lui fasse miséricorde) a dit: "Il en est de même lorsque Dieu dit : {Ô vous qui croyez ! Quand vous épousez les croyantes et qu'ensuite vous divorcez avec elles avant de les avoir touchées, vous ne pouvez leur imposer un délai de viduité} (33/49); {Nul grief contre vous si vous divorcez avec des femmes que vous n'avez point touchées} (2/236). Ainsi, si un mari touche sa femme sans désir, alors, en cas de divorce, le délai de viduité n'est pas requis, le paiement de la dot n'est pas exigible, et les liens de la belle-alliance ne sont pas consacrés, comme l'affirme le consensus des savants". (Majmû' Fatâwâ 21/223-224) 238. Soyez assidus aux Salats et surtout la Salat médiane; et tenez-vous debout devant Dieu, avec humilité. Yazîd Ibn Al-Arqâm (que Dieu soit satisfait de lui) a dit : Pendant la prière, nous parlions et nous causions ensemble jusqu'à la révélation de ce verset : {Tenez-vous devant Dieu, avec humilité}. Ainsi reçûmes-nous l'ordre de garder le silence (pendant la prière). (Mouslim n°838) 255. Dieu! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même "al-Qayyum". Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Trône "Kursiy" déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand. Un satan dit à Abou Hourayra : "Quand tu iras te coucher, récite le verset du Trône. Dieu enverra un gardien chez toi et aucun diable ne s'approchera de toi jusqu'au matin" Le Prophète lui dit alors : "Il t'a dit la vérité bien qu'il soit un grand menteur, c'était un diable". (Al-Boukhâri) Oubay Ibn Ka'b (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Ô Abou Al-Moundhir, sais-tu quel est le verset du Livre de Dieu (le Coran) que tu as retenu et qui est le plus sublime?" Je lui répondis : {Dieu ! Point de divinité à part Lui, le Vivant Celui qui subsiste par lui-même} (2/255) Il me frappa alors la poitrine et me dit : "La science (qui t'a été octroyée) te singularise, Abou Al-Moundhir". (Mouslim) Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Quiconque récite le verset du trône après chaque prière obligatoire, ne sera retenu d'aller au Paradis que par la mort". (an-Nasâi) 260. Et quand Abraham dit : "Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts", Dieu (le Très-Haut) dit : "Ne crois-tu pas encore?" "Si! dit Abraham; mais que mon coeur soit rassuré". "Prends donc, dit Dieu, quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des monts séparés, mets-en un fragment ensuite appelle-les : ils viendront à toi en toute hâte. Et sache que Dieu est Puissant et Sage." D'après Abou Hourayra (que Dieu soit satisfait de lui), l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a dit : Nous avons plus de droit qu'Abraham (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) de douter comme il l'a fait en disant : "Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts" (2/260), Dieu dit : "Ne crois-tu pas encore?" - "Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré..." (Mouslim n°216) 264. Ô les croyants! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Dieu et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre; qu'une averse l'atteigne, elle le laisse dénué. De pareils hommes ne tireront aucun profit de leur actes. Et Dieu ne guide pas les gens mécréants. Ô les croyants! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, Selon Abou Dharr (que Dieu l'agrée) , le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Trois individus Dieu ne leur parlera pas le jour de la résurrection, ne les regardera pas et ils auront des tourments douloureux". Le narrateur dit : "Le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) le répeta trois foisde suite". Abou Dharr dit : "Que leur lot soit la déception et la perte! Quisont-ils? Ô Messager de Dieu !". Il dit : "Celui qui porte un vêtement traînant par terre (en signe d'orgueil). Celui qui rappelle toujours aux autres ce qu'il a fait pour eux. Celui qui écoule sa marchandise à force de faux serments". (Mouslim) 268. Le Diable vous fait craindre l'indigence et vous recommande des actions honteuses; tandis que Dieu vous promet pardon et faveur venant de Lui. La grâce de Dieu est immense et Il est Omniscient. Le Diable vous fait craindre l'indigence et vous recommande des actions honteuses Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Il y a deux impulsions dans l'âme, l'une provient d'un ange qui appelle vers le bien et confirme la vérité; quiconque ressent ceci, qu'il sache que cela est de Dieu et qu'il Le loue. L'autre impulsion provient de l'ennemi, le conduit au doute, nie la vérité, et interdit le bien; quiconque ressent ceci, qu'il cherche refuge en Dieu contre le démon." Ensuite il récita le verset : {Le diable vous fait craindre l'indigence et vous commande des actions honteuses} (2/268). (At-Tirmidhi qui dit "bon", An-Nisâi) 271. Si vous donnez ouvertement vos aumônes, c'est bien; c'est mieux encore, pour vous, si vous êtes discrets avec elles et vous les donniez aux indigents. Dieu effacera une partie de vos méfaits. Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Ibn al Mubarak (que Dieu lui fasse miséricorde) dit: "J'ai connu Malik et j'ai vu qu'il faisait partie des humbles qui ne cessent de se recueillir en soumission à Dieu d'autant qu'il ne s'affichait jamais et se recueillait en secret. Je l'ai souvent entendu dire que celui qui voudrait que son coeur s'éclaire pour échapper aux affres de la mort et au tourment de l'au-delà, qu'il agisse en bien en secret plus qu'en public". (Tartib al Madarik , 2/51) Ibn Wahb par ailleurs a dit: "Mâlik accomplissait secrètement la plupart des rites religieux, nuit et jour sans que personne ne l'aperçoive" (Tartib al madarik 2/53) 275. Ceux qui mangent [pratiquent] de l'intérêt usuraire ne se tiennent que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu'ils disent : "Le commerce est tout à fait comme l'intérêt" Alors que Dieu a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt. Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend de Dieu. Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu! ils y demeureront éternellement. Ceux qui mangent [pratiquent] de l'intérêt usuraire ne se tiennent que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Ibn Abbas (que Dieu agrée le père et le fils) dit : "Celui qui se nourrit d'usure sera résuscité fou et étouffé au jour de la Résurrection". (Tafsir Ibn Kathîr 1/32) 285-286. Le Messager a cru à ce qui lui a été descendu de la part de son Seigneur, ainsi que les Croyants. Tous ont cru en Dieu, à ces anges, à ces Livres et à ces Messagers. Nous ne faisons aucune différence entre ces Messagers.Dieu ne charge une âme que selon sa capacité. Elle a pour elle ce qu'elle a reçu et elle a contre elle ce qu'elle a acquis. Notre Seigneur! Ne nous en tiens pas rigueur si nous avons oublié ou fauté. Notre Seigneur! Ne nous fait pas supporter une lourde charge comme Tu l'as fait supporter à ceux qui nous ont devancés. Notre Seigneur! Ne nous impose pas ce qui est au-dessus de nos forces. Donne-nous Ton pardon, Ton absolution et Ta miséricorde. Tu es notre Maître; donne-nous la victoire sur les gens mécréant. Les circonstances de la révélation de ces 2 versets Abou Hourayra (que Dieu l'agrée) a dit : "Quand fut descendu sur le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) le verset suivant : {C'est a Dieu qu'appartient ce qui est dans les cieux et dans la Terre. Que vous montriez ce qui est en vous-mêmes ou que vous le cachiez, Dieu vous jugera là-dessus} (2/284), cela pesa lourdement aux compagnons du Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui). Ils se rendirent auprès de lui et s'accroupirent. Ils dirent : "Ô Messager de Dieu! On nous a imposé des actions que nous sommes capables de faire : la prière, la guerre sainte, le jeûne et l'aumône. Voilà maintenant qu'on fait descendre sur toi un verset que nous ne pouvons supporter." le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) dit : "Voulez-vous donc dire comme ont dit les gens des deux Livres précédents : "Nous avons entendu et nous avons désobéi?" Mais dites plutôt : "Nous avons entendu et nous avons obéi, Ton absolution notre Seigneur! C'est vers Toi la destinée." Quand ces gens récitèrent à leur tour ces paroles et que leurs langues s'y furent pliées, Dieu fit descendre le verset suivants : {Le Messager a cru à ce qui lui a été descendu de la part de son Seigneur, ainsi que les Croyants. Tous ont cru en Dieu, à ces anges, à ces Livres et à ces Messagers. Nous ne faisons aucune différence entre ces Messagers.}. Quand ils mirent ce verset en pratique, Dieu le fit abrogé par le verset suivant : {Dieu ne charge une âme que selon sa capacité. Elle a pour elle ce qu'elle a reçu et elle a contre elle ce qu'elle a acquis. Notre Seigneur! Ne nous en tiens pas rigueur si nous avons oublié ou fauté.} Dieu dit oui. {Notre Seigneur! Ne nous fait pas supporter une lourde charge comme Tu l'as fait supporter à ceux qui nous ont devancés.} Dieu dit oui. {Notre Seigneur! Ne nous impose pas ce qui est au-dessus de nos forces.} Dieu dit oui. {Donne-nous Ton pardon, Ton absolution et Ta miséricorde. Tu es notre Maître; donne-nous la victoire sur les gens mécréant.} Il dit oui. (Mouslim) Les mérites de ces 2 versets Abou Mas'oud Al-Badri (que Dieu l'agrée) a rapporté que le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Celui qui lit la nuit les deux derniers versets de la sourate "Al-Baqara" (La vache) fait suffisamment''. (Al-Boukhâri, Mouslim)  

  • details
  • reviews