est ce que lever la main pour faire les invocations pour qu’un malade trouve guérison n’est pas une manière de faire passer la volonté du serviteur par rapport à celle de Dieu ?

est ce que lever la main pour faire les invocations pour qu’un malade trouve guérison n’est pas une manière de faire passer la volonté du serviteur par rapport à celle de Dieu ?

est ce que lever la main pour faire les invocations pour qu’un malade trouve guérison n’est pas une manière de faire passer la volonté du serviteur par rapport à celle de Dieu ? Cela n’est t-il pas blâmable ? Question Ne dit-on pas que c’est Dieu qui soumet à la peine et c’est lui qui […]

  • Shahid Motahari,
Rate this post
about this book
  • overview

    est ce que lever la main pour faire les invocations pour qu’un malade trouve guérison n’est pas une manière de faire passer la volonté du serviteur par rapport à celle de Dieu ? Cela n’est t-il pas blâmable ? Question Ne dit-on pas que c’est Dieu qui soumet à la peine et c’est lui qui guérit, alors lorsque nous levons la main pour prier Dieu qu’il guérisse un malade on ne fait pas ainsi passer la volonté de la créature par rapport à celle du créateur ? En principe n’est ce pas blâmable lorsque nous voulons changer la volonté de Dieu à notre avantage ? O un serviteur devrait toujours se montrer humble et soumis vis-à-vis de la volonté divine et la faire passer avant tout ? Résumé de la réponse La question que vous évoquez est apparue jadis dans les livres de morale sous la forme suivante : « Est-ce que l’invocation ne présente pas une contradiction avec l’agrément de Dieu ? L’agrément est un état d’âme accepter et être satisfait du décret de Dieu. Le problème soulevé découle du fait que certains ont cru que l’invocation se trouve hors du cadre et de la volonté divine. Or l’invocation et l’exaucement de cette invocation font tous deux de la volonté et du décret divin ; le décret de Dieu signifie qu’il l’a déterminé et donné une mesure à chaque phénomène aussi bien en qualité qu’en quantité que Dieu a définit un temps et un lieu particulier pour chaque phénomène qui sera influencé progressivement par un certain nombre de causes et de facteurs. On entend par volonté divine toute situation qui se concrétise après que les causes, les conditions des phénomènes aient été bien préparées et que cela ait attient une phase finale inéluctable. Avec cette introduction il faut dire : 1 – L’invocation est un moyen c’est-à-dire un autre instrument qui agit. Alors si boire pour étancher la soif ou manger pour combler la faim est contraire à l’agrément divin, alors l’invocation aussi sera contraire à l’agrément divin. 2 – Chaque fois que nous faisons l’invocation, en réalité nous voulons pour le futur que quelque chose se produise dans le futur. Or nous ne connaissons pas la volonté divine par rapport à ce futur c’est-à-dire nous ne savons pas ce que Dieu a prévu pour nous dans le futur afin que nous en soyons satisfaits. C’est uniquement dans ce cas qu’il n’y a pas de contradiction entre l’invocation et l’agrément. En d’autres termes, il n’y a pas de problème que l’homme soumette son besoin même si cela va à l’encontre de la volonté de l’agrément et de ce que Dieu a prévu de mieux. Réponse détaillée www.alhassanain.com

  • details
    • Shahid Motahari,
  • reviews