Résurrection ou ressuscitation?

Les traductions des citations coraniques ont été tirées de l’Essai d’interprétation du Coran inimitable. Traduction par Denise Masson, revue par Dr Sobhi al-Saleh, Gallimard, Bibliothèque de la Pléïade, 1967.

Les traductions des citations bibliques ont été tirées de « La Sainte Bible », traduite d’après les textes originaux hébreu et grec. Nouvelle version Segond Révisée. Société biblique Française, Paris, 1978.

La résurrection, était-ce une plaisanterie ? Par le biais du titre « Résurrection vraiment ? » Garner Ted Armstrong le Vice-Président et co-éditeur de « The Plain Truth » de Juillet 1977, pose la question.

La résurrection de Jésus-Christ de Nazareth est soit l’acte suprême de toute l’histoire, soit une invention flagrante et délibérée imposée aux adeptes du christianisme. Le personnage principal de la croyance chrétienne est-il réellement revenu des morts ? RESURRECTION VRAIMENT ? Au cours de la leçon n° 2 : « Qui bougea la pierre ? » J’avais promis d’aborder le problème qui se pose aux croyants qui lisent l’anglais et qui sont, malgré tout, tellement conditionnés qu’ils comprennent exactement le contraire de ce qu’ils lisent L’histoire qui suit, tirée de la réalité, n’illustre pas seulement ce problème mais élucidera la question suivante : « Résurrection, vraiment ? »

Avant de partir pour le Transvaal, pour un voyage de conférences, je téléphonai à mon ami Hafiz Yusuf Dadoo de Standerton. Je lui faisais part de ma prochaine visite et lui demandai s’il souhaitait quelque chose de Durban. Il me fit savoir qü ayant repris des études d’hébreu, il souhaitait que je lui trouve une Bible bilingue hébreu/anglais.

Je me rendis à la « Bible House » à Durban où je trouvai aisément la Bible qui convenait à mon ami : 1″`Authorised Version » (la Version Autorisée), également connue sous le nom de « King James Version ». Alors que je cherchais la meilleure édition et la moins chère, je remarquai que la jeune femme, derrière le comptoir, venait de décrocher le téléphone et s’apprêtait à engager la conversation avec quelqu’un.

D’où j’étais je ne pouvais entendre la conversation qui, d’ailleurs ne m’intéressait pas. Après quelques mots échangés avec son interlocuteur, la jeune femme s’adressa à moi : « Excusez-moi, Monsieur, êtes-vous M. Deedat ? » Je répondis aff’irmativement.

Elle ajouta alors : « Le responsable de la « Bible Society » (Association biblique) souhaiterait s’entretenir avec vous. » Ce à quoi je répondis : « Avec plaisir ». Elle dit encore quelques mots puis raccrocha le téléphone. Souriant, je lui dis : « Je pensais que vous appeliez la police. » (sans doute à cause de toutes les Bibles que je manipulais). Elle éclata de rire et me fit savoir que « le Révérend Roberts, le responsable, souhaitait me parler ».
alhassanain.com


more post like this