Que signifie le fait que Dieu oublie certains de ses serviteurs ?
Question
Que laisse entendre ces versets dans lequel il est écrit que Dieu oublie un nombre de gens ici-bas et dans l’au-delà. Dieu se laisse-t-Il prendre par l’oubli ?
Résumé de la réponse

Dieu a déclaré quatre fois dans le Saint Coran qu’Il est indifférent vis-à-vis de ses serviteurs :  » Nous oublions ceux-là aujourd’hui de la même manière qu’ils ont oubliés l’éminence d’un tel jour (jour du jugement) ». Ce verset et bien d’autre confirment que le jour du jugement (même ici-bas) certains seront oubliés par Dieu. Que veut dont dire le fait d’être oublié par Dieu ? Les démonstrations rationnelles et théologiques dans les sources islamiques définissent l’oubli comme une indifférence de Dieu vis-à-vis de l’état des créatures. Tout comme le Tout-Puissant dit: » Dieu n’oublie jamais rien « .

Grâce aux propos des Ahl-ul-bayt (as), on comprend qu’être oublié par Dieu n’est pas synonyme d’inattention ou d’ignorance car Dieu est Omniscient. Cela signifie plutôt la rupture de la miséricorde divine dont seuls ceux qui en ont le mérite peuvent en bénéficiés. L’Imam Ali (as) dit : « être oublié par Dieu signifie être privé de ses bienfaits. La parole divine qui fait allusion à l’oubli de Dieu équivaut à l’abandon de l’homme à son sors ou la suppression de l’assistance divine. Une situation qui nait de l’insouciance de l’homme et son errance. En d’autres termes, c’est l’insouciance de l’homme vis-à-vis de la religion qui engendre l’indifférence de Dieu.

Réponse détaillée

Dans ce cas, nous commençons d’abord par expliquer les versets relevés à propos, ensuite nous répondrons à la question avec des preuves rationnelles coraniques et les hadiths. Notre démarche consiste à élucider la question et lever les suspicions et les incompatibilités.

Nous avons à faire dans le Saint Coran à certains versets qui évoquent la question de certaines personnes oubliées par Dieu :

1-« A’raf :  » Ceux-ci prenaient leur religion comme distraction et jeu, et la vie d’ici-bas les trompait. Aujourd’hui, Nous les oublierons comme ils ont oublié la rencontre de leur Jour que voici, et parce qu’ils reniaient Nos enseignements. »[1].

2-  » Et on leur dira: ‹Aujourd’hui Nous vous oublions comme vous avez oublié la rencontre de votre Jour que voici. Votre refuge est le feu; et vous n’aurez point de secoureurs. »[2].

3-  » Allah Lui] dira: ‹De même que Nos signes (enseignements) t’étaient venus et que tu les as oubliés, ainsi aujourd’hui tu es oublié›. »[3].

4- » Les hypocrites, hommes et femmes, appartiennent les uns aux autres. Ils commandent le blâmable, interdisent le convenable, et replient leurs mains (d’avarice). Ils ont oublié Allah et Il les a alors oubliés. En vérité, les hypocrites sont les pervers. »[4].

Nous remarquons que Dieu déclare solennellement que certains seront oubliés par Lui. Les trois premiers versets expriment cet oubli le jour du jugement et le quatrième ici-bas.

Une question qui se pose déjà: Dieu est-Il victime de l’oubli? Peut –on désigner Dieu par l’oubli (défaut de présence de quelque chose auprès de Dieu) ?

Les croyances islamiques et toutes les autres religions fondées sur le raisonnement rejettent tout attribut par défaut dans l’essence divine. Dieu est l’expression de la Perfection absolue et de l’Omniscience, aucun défaut ne se manifeste dans son Essence. Ce principe est démontré dans les livres de théologie authentiques avec des arguments rationnels et philosophiques. On se réserve de s’y pencher ici[5].

Le saint Coran déclare aussi que Dieu est dénué de tout défaut ou manque:  » Seigneur tu n’oublies jamais rien « [6]. Dans un autre passage, il est écrit:  » Mon Dieu ne se perd pas, Il n’oublie rien »[7]. Ce groupe de versets montre que l’oubli ne peut toucher Dieu. Alors, la question porte sur le sens que renvoient les versets dans lesquels il est écrit que Dieu oublie ses créatures ?

Les hadiths des Infaillibles (as) ont toujours servis à débloquer les difficultés de certaines questions et explique le Saint Coran. Ils (as) lèvent toute équivoque ici, comme avec ce hadith de l’Imam Reza (as) commentant le verset: « Aujourd’hui, Nous les oublions », c’est-à-dire nous les délaissons parce qu’ils ont ignoré le jour du jugement et ne se sont pas, par conséquent préparés pour ce jour. Nous les ignorons aussi ce jour[8]. Donc l’oubli signifie éviter de porter un regard de clémence et de pitié sur les hommes.

L’Imam Ali (as) dit à ce sujet : » L’oubli de Dieu vis-à-vis d’eux consiste à leur refuser tout bienfait »[9]. Une position sage et juste qui correspond à la réaction qu’il faut pour les négligents, Dieu se comporte avec ces hommes comme un professeur qui abandonne à son sors un élève qui au long de l’année ne donne aucune importance aux cours et hypothèque son avenir en prenant ses études comme objet de moquerie.

Retenons bien que ce délaissement de la part de Dieu ne se fait que si l’homme oublie d’abord son Seigneur et prend sa religion pour un jeu en s’intéressant plus aux choses de ce bas-monde[10]. Autrement dit, Dieu répond au délaissement par le délaissement. De même qu’Il dit à propos du rappel qu’Il oppose à l’oubli : » Souvenez-vous de Moi et je me rappellerai de vous « [11].

D’après ce qui a été expliqué, Dieu déclare Lui-même qu’Il oublie et se désolidarise, mais de l’autre côté les arguments logiques et coraniques prouvent que cet oubli causé par l’ignorance et la négligence ne fait pas partie de l’Essence divine qui est l’expression de la perfection absolue,  » Lui qui connait le mystère de toute chose, rien ne peut Lui échapper « [12]. Donc l’oubli de Dieu vis-à-vis de certains de ces créatures n’est qu’une conséquence de l’indifférence qui se traduit par la rupture de la miséricorde divine et la privation de bienfaits.

Nous souhaitons que l’opportunité de toujours méditer quotidiennement sur les versets coraniques nous soit donnée afin que nous jouissions peut-être de la miséricorde et la clémence divine.

[1] – Sourate A’raf : 51.

[2] – Sourate Jathiyah : 34.

[3] – Sourate Taba : 126.

[4] – Sourate Tawba : 67.

[5] – Al Qawlul sadid fi sharh-il-tajrid, ) partir de la page 274; Fondement des croyances islamiques, page 15-22.

[6] – Sourate Maryam : 64.

[7] – Sourate Taha : 52.

[8] – TafsirNour citant Tafsir Nour-ul-Thaqalein.

[9] – Tafsir Nour citant Tafsir Burhân; sourate Tawba:67.

[10] – Extrait de la sourate A’raf:51 et sourate Jathiyah:34-35.

[11] – Sourate Baqarah : 52.

[12] – Sourate Saba : 3


more post like this