L’Ismaïlisme

Jeudi, 10 Décembre 2009 11:18

L’ismaïlisme est une secte religieuse dérivée de la religion chiite. L’apparition de cette secte est due aux divergences de vue qui se sont produites à propos du transfert de l’imamat après le décès du vénéré Imam Jaafar al-Sadeq _béni soit-il_.

D’après les Ismaélites, l’imamat aurait été transféré à Ismaël, fils cadet de l’Imam Jaafar al-Sadeq et frère de l’Imam Mussa al-Kazem. Mais Ismaël décéda avant son père, et les Ismaélites croient que l’imamat aurait dû être transféré au fils d’Ismaël, Mohammad qui fut le petit-fils du vénéré Imam Jaafar al-Sadeq.

Selon la théologie ismaélite, l’histoire de l’humanité se divise en plusieurs périodes. Chaque période débute avec l’apparition d’un prophète législateur, appelé « Nâteq » (littéralement : parlant) selon la terminologie ismaélite, et d’un imam surnommé « Assâs » (littéralement : principe). Les prophètes législateurs étaient au nombre de sept, et après chacun d’eux sont apparus sept imams. Chaque période prophétique dure mille ans. A l’issue de chaque période, apparaît un nouveau prophète législateur qui apporte une nouvelle doctrine religieuse pour annuler la précédente. Les imams sont les substituts et les héritiers des prophètes législateurs et leur mission consiste à commenter et interpréter la charia de la religion, car ils ont la science de l’interprétation (Ta’wil).

Selon les théologiens ismaélites, l’humanité se répartit en deux groupes de gens : il y a d’abord une élite distinguée par le talent ésotérique qui permet de comprendre et d’interpréter les significations cachées et profondes de la religion et de la charia (Bâten), selon le degré de connaissance de chaque individu. Il y a ensuite la majorité des gens qui ne sont capables que de comprendre les significations apparentes de la religion et des principes de la charia, en s’appuyant sur les facultés exotériques (Zâher). En ce qui concerne l’organisation religieuse des Ismaélites, il faut dire que cette secte repose sur une hiérarchisation spirituelle qui s’organise du bas vers le haut de la façon suivante : la personne nouvellement entrée dans le groupe (Mustajib), la personne autorisée (Ma’zûn), le missionnaire ismaélite (Dâ’i), l’argument (Hudjat), l’intermédiaire (Bâb) et l’Imam.

Les imams sont apparents ou cachés selon les impératifs de la période de leur imamat. Selon les théologiens ismaélites, pendant la période de l’occultation des imams cachés, se sont les missionnaires qui doivent se charger de la direction religieuse et spirituelle. Les Ismaélites croient que pendant la période d’occultation de l’imam caché, seul les intermédiaires et les élites sont capables de rencontrer leur imam. Les Ismaélites sont d’avis que la période d’occultation a commencé du vivant de Mohammad Ibn Ismaïl et durera jusqu’au soulèvement d’Obeidullah al-Mahdi à Kairouan. Les missionnaires ismaélites les plus célèbres de cette époque étaient Abou Abdallah Hassan Ibn Ahmad Zakarouyeh (alias Abou Abdallah le Chiite) et Qaddâh, qui étaient l’un comme l’autre de l’origine iranienne.

En 297 de l’Hégire, Abou Abdallah le Chiite a réussi à propager, sur une vaste échelle, le message de l’ismaïlisme parmi les tribus Katamah (dans le Nord de l’Afrique). Il a libéré Obeidullah al-Mahdi qui était emprisonné à Sajalmasseh. Obeidullah al-Mahdi a été désigné ensuite en tant que leader principal de l’appel ismaélite. Obeidullah al-Mahdi s’est installé à Kairouan est il s’est proclamé calife et imam des Musulmans. A partir de cette période, les Ismaélites sont devenus célèbres en tant que Fatimides, car ils se proclamaient de la vénérée fille du Prophète de l’Islam, Fatemeh _ bénie soit-elle_. Pendant cette période historique, le message des Ismaélites s’est propagé très rapidement dans différentes régions des terres islamiques notamment dans le Nord de l’Afrique, le Yémen, Bahreïn, la Syrie, la Palestine et l’Iran.

Le califat chiite ismaélite est devenu très vite un adversaire puissant du califat des Abbassides à Bagdad. Les Ismaélites dominaient également la Méditerranée qui n’était plus une zone sûre pour les Européens, étant donné que les Fatimides avaient même pillé le port de Marseille dans le sud de la France, après avoir conquit la ville de Gène dans le nord-ouest de l’Italie. A l’époque d’al-Mu’eziddinullah (314-365 de l’Hégire), Juhar, originaire de l’île de Sicile a réussi à conquérir l’Egypte pour les Ismaélites et mettre ainsi fin au pouvoir de la dynastie des Ikhchidites. C’était pendant cette même époque que les Ismaélites ont fondé l’université Al-Azhar dont le nom est tiré de celui de la vénéré fille du Prophète, Fatemeh Zahra _bénis soit-elle_.

Sous le cinquième calife ismaélite, Aziz (365-385), le pouvoir des Fatimides a atteint son apogée. Les Ismaélites ont considérablement développé leur puissance et leur influence sur une très vaste région qui s’étendait de l’Océan atlantique jusqu’à la mer Rouge, le Yémen, la Mecque et Damas. Parfois les Imams des mosquées à Mossoul, dans le nord de l’Irak actuel, faisaient même leurs sermons au nom du calife fatimide, ce qui était considéré à l’époque comme une humiliation pour les califes abbassides de Bagdad. Depuis le début du mouvement ismaélite, les partisans de cette secte étaient présents en Iran. Ils ont réussi surtout à propager le message de la secte à Deylaman, Alamut, Qahestan, Dâmqân et Sistn (il faut savoir que ces régions avaient déjà connu les traditions religieuses très anciennes, ainsi que les traditions des Chiites mais aussi des Kharijites). Parmi les missionnaires ismaélites les plus célèbres de cette période, nous pouvons mentionner le nom d’Abou Hatam Razi (décédé en 322 de l’Hégire), qui vivait dans la région de Deylaman, Abdulmalek Kowkabi, qui vivait à Gerdkouh près de Dâmqân, Ishâq (Abou Yaqoub Sagzi) à Ray, et enfin Hossein Ibn Marvroudi dans la région de Khorasan.
alhassanain.com


more post like this