Origine et évobition du Shi’isme

Le shi’isme naquit du vivant même du Prophète. (1) Ce terme a d’abord désigné les partisans d’Ali, le premier guide de la famille du Prophète. L’avénement, puis l’extension de l’Islam pendant les vingt-trois années de la prophétie, rendirent nécessaire pour plusieurs raisons l’apparition parmi les compagnons du Prophète, d’un groupe tel que celui des Shi’ites.

C’est pourquoi aux premiers jours de sa mission, quand d’après le texte du Coran, il lui fut ordonné d’inviter ses proches parents à embrasser l’Islam (2), le Prophète leur déclara clairement que quiconque serait le premier à répondre à son appel deviendrait son successeur et son héritier. Ali fut le premier à s’avancer et à embrasser l’Islam. Le Prophète accepta la soumission d’Ali à la foi divine et accomplit ainsi sa promesse (3). Du point de vue shi’ite s’il apparait impossible qu’aux premiers jours de son action, le chef du mouvement, présente un de ses compagnons comme son successeur et représentant à des étrangers, il parait en revanche légitime qu’il le désigne comme tel à ses aides et amis, entièrement loyaux et dévoués. De même, il n’est pas vraisemblable qu’un tel chef accepte et présente quelqu’un comme son représentant et successeur et ensuite, au cours de sa vie et de sa mission religieuse, le prive de ses prérogatives et du respect dû à son rang d’établir une quelconque distinction entre lui et les autres.

Bien au contraire, le Prophète, selon plusieurs hadiths absolument authentiques, qui ne sont mis en cause ni par les sunnites, ni par les shi’ites, a affïrmé clairement qu’Ali était préservé de l’erreur et du péché dans ses actions et ses paroles. Tout ce qu’il a dit et accompli était en parfaite conformité avec les enseignements de la religion (4) et il fut le plus savant des hommes en matière de connaissance des sciences et des lois islamiques (5).

Pendant la période de la prophètie, Ali accomplit des services de haute valeur et manifesta un remarquable dévouement. Ainsi, quand les infidèles de la Mecque décidèrent de tuer le Prophète et cernèrent sa maison, celui-ci décida d’émigrer à Médine. Il dit à Ali: «Veux-tu dormir dans mon lit cette nuit afin qu’ils croient que je suis endormi, et qu’ainsi ils ne se lancent pas à ma poursuite?» Ali accepta spontanément cette mission dangereuse. Ceci est rapporté dans différents recueils de hadiths. Ali servit aussi en combattant aux batailles de Badr, Ohod, Khandaq et Hunayn dans lesquelles sa participation fut telle que s’il n’avait pas été présent, l’ennemi aurait très probablement détruit l’Islam et les musulmans, ainsi qu’en attestent les récits historiques, de la vie du Prophète et les collections de hadiths.

La preuve principale de la légitimité d’Ali comme successeur du Prophète est l’événement de Ghadir-Khumm (6), où le Prophète choisit Ali pour la «tutelle générale » (Wâlayat-ammah) et fit de Ali le gouverneur (Wali) du peuple.

En raison d’une part, des grands services qu’il rendit et de ses vertus personnelles, reconnus de tous (7), et en raison, d’autre part, de la grande affection que le Prophète lui voua (8). Ali fut aimé par le Prophète et ses compagnons, qui furent des exemples de sincérité et de véracité, pour ses vertus ainsi que pour ses hauts faits.

Ces compagnons se rassemblèrent autour d’Ali et le suivirent, à tel point que beaucoup d’autres commencèrent à considérer excessif cet amour pour lui, et peut-être quelques uns en éprouvèrent-ils de la jalousie. A côté de tous ces éléments, nous voyons dans plusieurs paroles du Prophète une référence à la «Shi’ah d’Ali » et à la «Shi’ah de la famille du Prophète». (9)


more post like this