Les chiites ne peuvent pas renier l’allégeance d’Aboubakr et d’Oumar donné au prophète sous l’arbre et Dieu a déclaré qu’il les agrés. Alors pourquoi est ce que les chiites disent le contraire ?

Question

Les chiites ne peuvent renier l’allégeance d’Aboubakr et d’Oumar au prophète (ç) plus connu sous le nom de Beyhatoul Rizwan ou allégeance sous l’arbre. Et par rapport à cet allégeance, Dieu a déclaré qu’il agrée ceux qui ont donné l’allégeance au prophète (ç) sous l’arbre et il savait ce qu’il y avait dans leurs cœurs alors pourquoi est ce qu’après cette information donnée après par Dieu, les chiites font preuve de renégat et disent le contraire ? C’est comme si les chiites disaient : « Seigneur nous savons à leur sujet ce que tu ne sais pas ! Que Dieu nous en préserve »

Résumé de la réponse

Les chiites ne rejettent pas l’allégeance donné par beaucoup de compagnons entre autre ceux que vous avez évoqué lors de l’évènement de pacte de paix d’Oudeibiya. Ils ne refusent non plus qu’à cette étape de l’histoire, que Dieu ait agréé les compagnons qui ont donné cette allégeance, bien que certains tels que le deuxième calife ont beaucoup posé des questions et avancés les si au prophète (ç) avant de donné son allégeance. Les chiites estiment que l’agrément de Dieu peut se transformer en colère au cas où on ne reste pas ferme par rapport à l’allégeance et l’engagement pris. Cela apparait de manière claire et évidente dans le verset 10 de la sourate Fath qui concerne toujours l’allégeance sous l’arbre.

Dieu dit en effet que quiconque reste ferme à cet engagement, Dieu lui réservera une grande récompense et le comportement de ceux qui briseront le pacte et l’engagement ne serait qu’à leur gré. Nous savons parfaitement aussi que tous ceux qui étaient présent lors de l’allégeance sous l’arbre n’ont pas respectés leur engagement jusqu’au bout. En effet, en fuyant la bataille de guerre lors de la scène de Hounein ils n’ont pas fait preuve de loyauté vis-à-vis de l’engagement qu’ils avaient pris avec le prophète (ç). Quelque chose de similaire apparait également dans l’histoire du compagnon de l’un des prophètes de la tribu d’Israël qui était parti combattre au front avec Taloud. Alors ce n’est pas exclue que ce qui s’est passé à l’époque des enfants d’Israël puisse se répéter dans notre communauté.
alhassanain.com


more post like this