L’éloquence du Coran
Rappelons-nous que Mohammed (BSDL) fût un ILLETTRE’.

« Par sa forme, aussi bien que par son fond, elle donne une entière satisfaction à qui entend son langage. Le Coran, son véhicule, fut et demeure le type par excellence de la lettre arabe. La beauté de son style est universellement admirée. A considérer abstraitement les qualités littéraires qu’il réunit, on peut même dire qu’il représente l’idéal de ce que devrait être une littérature en général. Disons tout de suite que la beauté du langage coranique tient du sublime et du majestueux, et non de l’entraînement séducteur. Elle saisit le cœur plus qu’elle ne flatte l’oreille, elle suscite l’admiration non l’enchantement, elle frappe plus qu’elle n’excite, elle procure du plaisir en repos et non en mouvement.

A l’âge d’or de l’éloquence arabe, où la langue atteignait l’apogée de sa pureté et de sa force, et où les titres d’honneur étaient décernés solennellement aux poètes et orateurs dans des concours annuels, il a suffit de l’apparition du verbe coranique pour que l’enthousiasme pour la poésie et la prose fût balayé, pour que les Sept Poèmes dorés et suspendus sur la porte d’Al-Kaaba fussent descendus et pour que toutes les oreilles se prêtassent à cette merveille de l’expression arabe… »


more post like this