‘effet de la remémoration de Dieu dans la vie des hommes

La remémoration ou le rappel de Dieu, qui est principalement ce en quoi consiste le culte religieux, rend le cœur poli et pur et le prépare à recevoir les épiphanies divines. L’Imâm ‘Alî (as) a dit au sujet du Zekr(1) qu’il est l’âme de l’adoration de Dieu : « Dieu a fait du zekr l’instrument de polissage des cœurs, qui redeviennent des « entendants » après avoir été sourds, des « voyants » après avoir été aveugles, et dociles après avoir été rétifs. Dieu – que ces bienfaits soient hautement reconnus ! – n’a jamais cessé fut-ce un seul instant et même dans les périodes où Il n’a pas envoyé de prophètes (2) sur terre, d’avoir des hommes avec lesquels Il établit une relation permanente, les entretenant dans leurs pensées et leur parlant dans le secret même de leur intelligence » (Nahj al-Balâgha (3) , Sermon 222).

Ces paroles de l’Imâm ‘Alî (as) mettent en lumière la particularité frappante de l’impact de la remémoration de Dieu dans les cœurs, au point que les cœurs deviennent le lieu de la rencontre et de l’entretien secret des créatures avec leur Seigneur, la Maison de la Vérité, celle de Dieu.

Le Zekr procure l’association entre les deux commandants du corps humain. Et le cœur devient pour ainsi dire, par le Rappel constant, un Palais où se rassemblent les deux organes qui commandent le corps humain.

Ces deux autorités se querellent sans cesse, mais elles finissent par se réunir dans la Maison du cœur, à l’invitation de ce dernier.

Devant l’ardeur du cœur qui ne cesse de battre, le cerveau s’incline, reconnaît la supériorité de son rival et vient s’asseoir au Palais du cœur, qui est la demeure préférée de Dieu. Autrement dit, la Raison reconnaît ses limites, sa sécheresse repoussante devant la douce chaleur qu’offre le Cœur, et vient contempler la perspective infinie du cœur, siège de la vision réelle.

Dieu, Exalté Soit-Il, a dit : « Les cieux et la terre ne Me contiennent pas, mais le cœur de Mon serviteur Me contient. » (4)

Nous déduisons de ce texte que le cerveau qui est le siège de l’intelligence est dans une relation de dépendance à l’égard du cœur, car c’est lui qui est le lieu de la rencontre, et c’est de son état de pureté que dépend le degré de la foi.

Dans ce même sermon, l’Imâm ‘Alî (as) éclaircit les états mystiques, les stations et les charismes qui peuvent survenir aux gens de l’Esprit comme résultat de l’adoration. Il en dit notamment : « Les anges les entourent et répandent sur eux la sérénité. Ils leur ouvrent les portes du Ciel et leur apprêtent les sièges où ils recevront les dons subtils de Dieu, dans un lieu où Dieu les regardera et où il sera satisfait d’eux. Il louera leurs rangs spirituels. Et la senteur du pardon et de l’indulgence divine leur parviendra … »

La remémoration de Dieu est la source de vie du cœur, la source de la lumière divine, la source de la tranquillité du cœur. Le zekr répand la pureté, la compassion, l’humilité et l’allégresse des hommes. Il suscite l’éveil, la conscience et la vigilance chez les hommes.
alhassanain.com


more post like this