Le sujet que allons traiter dans cette étude fait partie des sujets controversés au sein des écoles de jurisprudence et des théologiens (mutaqallimuns), tout comme le sont les notions de justice divine et du rôle de la raison dans l’établissement des jugements moraux et légaux, l’utilisation de l’analogie (qiyas) ou celle de l’Ijtihad par l’opinion (ijtihad bir-ra’y).

Certaines écoles de jurisprudence, qui ont adopté le qiyas, comme l’école hanafite, souscrivent au rôle de la raison dans l’ijtihad qui, selon leur interprétation, prend la forme du qiyas et de l’ijtihad, bir-ra’y tandis que les autres écoles, opposées au qiyas, comme l’école zâhirite, ne sont pas d’abord pour attribuer un rôle à la raison, ni sous la forme du qiyas ni sous une autre.

De ce fait, le premier groupe, en énumérant les sources de la législation, maintient qu’elles sont au nombre de quatre : le Coran, la Sunna, l’Ijma (le consensus) et l’Ijtihad ou qiyas, tandis que le second groupe ne va pas au-delà du Coran, de la Sunna et à la limite, de l’Ijma.
alhassanain.com


more post like this