Le Prophète dans les livres Hindous

Le Vedas, l’Upanishads, le Puranas, et le Brahmanas Granth sont les quatre livres sacrés de la religion Hindoue. Le dernier est un commentaire sur les Vedas, mais on le considère comme étant un livre révélé. Ces livres sont en langue Sanskrit, la langue sacrée des hindous. Les Vedas sont divisés en quatre livres : Rig Veda, Yajur Veda, Sam Veda et Atharva Veda. De ces écrits, les trois premiers sont considérés comme étant les plus antiques, et le Rig Veda est la plus ancien d’entre eux. Il a été compilé sur trois longues périodes différentes. Les avis divèrgent considérablement quant à la date de la compilation ou de la révélation des quatre Vedas. Swami Daya Nand, fondateur de l’Arya Samaj, affirme que les Vedas ont été révélés il y a 1.3 milliard [?!] d’années, alors que d’autres [les savants et les orientalistes Hindous] affirment qu’ils n’ont pas plus de quatre mille ans. L’analyse des Vedas révèle des différences au sujet des endroits où ces livres ont été révélés et les Rishis [Prophètes] à qui ces écritures ont été révélées. Néanmoins, les Vedas sont les écritures les plus authentiques des Hindous.

Les Upanishads sont considérés comme venant après les Vedas au niveau de la supériorité et de l’authenticité. Cependant, certains Pandits considèrent que les Upanishads sont supérieurs aux Vedas. Viennent ensuite les Puranas. Le Puranas sont le plus lus de toutes les Ecritures Hindoues, du fait qu’elles soient les plus faciles à trouver [il est difficile trouver les Vedas]. Le compilateur du Puranas est Maha Rishi Vyasa, il a classé le Puranas en dix-huit volumes. Ces livres contiennent l’histoire de la création de l’univers, l’histoire des premiers aryens, et les récits de la vie des « divinités » Hindoues. Les Puranas ont été révélés en même temps que les Vedas ou quelques temps avant. Le caractère sacré et la vénération des Puranas est admise et reconnue dans tous les livres authentiques des Hindous.

Pendant longtemps, les Ecritures Hindoues étaient principalement entre les mains des Pandits [religieux, lettrés] et d’un petit groupe d’hommes qui avaient appris le Sanskrit [la majorité de la population Hindoue parle et comprend l’Hindi et ne pourrait comprendre que quelques mots de Sanskrit]. Sir William Jones, qui était juge et qui a fondé la Société Asiatique du Bengale, a appris le Sanskrit au cours de la dernière décennie du dix-huitième siècle. Il fut l’un des instruments en de l’intérêt suscité pour le Sanskrit et les Ecritures Hindoues en Europe, et c’est grâce à ses efforts que les Ecritures Hindoues ont été traduites en anglais.

En 1935, le Dr. Pran Nath a écrit un article dans The Times of India qui a mis en avant le fait que le Rig Veda contient les réçits des rois babyloniens et égyptiens et les récits de leurs guerres. De plus, il a montré qu’un cinquième du Rig Veda était dérivé des Ecritures babyloniennes. Dans une perspective musulmane, il est probable que les hindous aient reçu un livre révélé ou des livres qui contiennent les descriptions et les luttes des prophètes d’Allah envoyés précédemment à d’autres peuples.

Il y a de nombreux exemples dans ces écritures Hindoues. L’Atharva Veda est également connu sous le nom de « Brahma Vedaâ » ou dans sa signification, « la « Connaissance Divine ». Une analyse du Vedas révèle que le Brahma est effectivement Abraham, la lettre initiale « A » ayant été mise à la fin du nom « Brahma ». De même, la première épouse d’Abraham, Sarah est mentionnée dans le Vedas sous le nom de Saraswati, et le prophète Nuh [Noé du déluge] est mentionné comme étant Manuh ou Manu. Quelques pandits considèrent l’Atharva Veda comme le livre d’Abraham as . Les prophètes Isma’il et Ishaq [Isaac] sont appelés respectivement Atharva et Angira dans le Vedas.

Brahma————————————————–à Abraham

Saraswati————————————————à Sarah

Manu, Manuh———————————————à Nuh

Le culte des héros qu’ont les Hindous est bien connu et il est raisonnable de supposer qu’avec une longue période de respect et de révérence envers certains Prophètes, les Hindous se sont mis à considérer ces Prophètes comme des « Dieux » ou comme étant Dieu [Et nous cherchons refuge contre cela]. De plus, il est vraisemblable que le livre d’Abraham et ceux d’autres prophètes aient contenu des Prophéties relatives au dernier Prophète, Muhammad sws . Les historiens musulmans de l’Inde affirment que les tombes des prophètes Sheesh [NDT : je n’ai pas trouvé qui était ce personnage] et Ayyub as [Job] sont situées à Ayodhya, dans la province de l’Uttar Pradesh, en Inde. Dans la période antique, Ayodhya a été connu sous le nom de Khosla selon les Shatpath Brahmanas.

Certains Pandits ont commencé à rejeter les Puranas simplement parce qu’ils y ont trouvé beaucoup de prophéties ainsi que des signes sur le Prophète Muhammad. Certains affirment que les Puranas actuels ne seraient pas de la même collection que celles à laquelle les Vedas se réfèrent et que les véritables livres ont été perdus. Néanmoins, cette controverse n’a pas lieu d’être. Il est impossible que tous les Puranas qui ont été largement lus et profondément étudiés aient pu tomber dans l’oubli et disparaître alors que les Vedas que seulement quelques uns peuvent lire et comprendre sont restés intactes jusqu’à maintenant.

Un autre argument avancé contre ces prophéties, c’est que celles-ci ont été ajoutées aux Puranas à une période ultérieure. Cet argument est aussi sans fondement. Un livre aussi connu, très répandu et lu régulièrement aux heures de prière ne peut être aussi facilement falsifié. D’ailleurs, tous les Pandits et les religieux Hindous ne peuvent pas avoir conspiré et ajouté secrètement ces prophéties aux Puaranas. Le plus étrange et que cette corruption [des textes] aurait été faite en faveur du Prophète et à l’encontre de leur propre religion.

Tous les livres principaux des Hindouistes contiennent des prophéties à propos de Muhammad sws . En plus de l’évocation de certaines de ses qualités, les événements de sa vie, Abraham, la Ka’bah, Bakkah [Makkah] et l’Arabie, les prophéties mentionnent ses noms « Mahamad », « Mamah » et « Ahmad ». Le nom « Mahamad » apparaît dans les Puranas, « Mamah » dans le Kuntap Sukt [dans l’Atharva Veda] et « Ahmad », dans le Sama Veda.
Pays: france

alhassanain.com


more post like this