Le Coran, livre de guidance et d ‘éducation

Sache que ce Noble Livre. ainsi qu’il l’énonce clairement lui-même, est li vre de guidance et d’orientaüon pour la marche de l’humanité, fomateur des âmes, guérison des maladies du coeur et flambeau du cheminement vers Dieu.

Brièvement dit, Dieu le Très-Haut, béni soit-Il, dans Son immense miséri corde pour Ses serviteurs, a fait descendre ce Noble Livre de son niveau de Proximité et de Sainteté d’une manière appropriée aux [divers] mondes jusqu’à ce qu’il arrive en ce monde ténébreux, en cette prison qu’est la nature physique, revêtu de mots et sous forme de lettres, [cela] afin de délivrer ceux qui sont empnsonnés dans l’obscure geôle de ce bas monde, de libérer ceux qui sont pris dans les carcans des vains désirs et faux espoirs, et de les faire parvenir d’au plus bas de l’imperfection, de la faiblesse et de l’animalité, au sommet de la perfection, de la puissance et de l’humanité, depuis le voisinage des démons jusqu’à la compagnie des êtres spintuels, voire même jusqu’à aboutir au niveau de la Proximité et atteindre le degré de la rencontre de Dieu. ce qui est le summum des objectifs recherchés par les gens de Dieu. De ce fait, ce Livre est un livre appelant à la Réalité divine et au bonheur, et un exposé de la manière de parvemr à ce niveau : globalement dit, l’on y trouve tout ce qui intervient dans ce cheminement et pèlerinage sacré ou qui aide le pèlerin et voyageur vers Dieu.

De manière générale, l’un de ses objectifs împortants est l’appel à la con naissancc de Dieu et l’exposé des connaissances métaphysiques – les modali tés de l’Essence, des Attributs, des Noms et des Actes divins -, l’aspect le plus récurrent de cet objectif étant la doctnne de l’unité de l’Essence, des Attributs et des Actes, exposée à fond, parfois de manière explicite et parfois par allusion. II faut savoir que dans ce Livre divin synthétique, ces connais sances, depuis la connaissance de l’Essence jusqu’à celle des Actes, sont ex posées de sorte que chaque catégorie en comprend quelque chose dans la me sure de sa prédisposition. Ainsi, les exotéristes, traditionnalistes et docteurs de la Loi, que Dieu soit satisfait d’eux, explicitent et commentent les nobles ver sets concernant la doctrine de l’unité, et en particulier de l’unité des Actes, d’une manière qui se distingue et diffère totalement du commentaire qu’en font les gens de la connaissance spirituelle et les ésotéristes, et l’auteur de ces lignes considère les deux comme justes en leur domaine, parce que le Coran est guérison des maux internes et il soigne chaque malade d’une certaine faç on. Ainsi, les nobles versets  » II est le Premier et le Dernier, I’Apparent et le Caché  » (Cor. 57.3),  » Dieu est la lumière des cieux et de la terre » (Cor. 24 35),  » c’est Lui qui est divinité au ciel et divinité sur terre » (Cor. 43 84),  » et II est avec vous [où que vous soyez]  » (Cor.

57.4),  » où que vous vous tourniez, là est le visage de Dieu » (Cor. 2.115), et autres versets concemant l’unité de l’Essence, [de même que] les nobles versets de la fin de la sourate « le rassemblement » (Cor. 59.21-24) et les autres [versets] concemant l’unité des Attributs, [et enfin] les nobles versets « tu n’as pas lancé lorsque tu as lancé, mais c’est Dieu qui a lancé » (Cor. 8.17),  » louange à Dieu, Seigneur des mondes  » (Cor. 1.2),  » ce qui est dans les cieux et ce qui est sur terre proclame la transcendance de Dieu  » (Cor. 62.1, 64.1), qui concernent l’unité des Actes, [tous ces versets] – qui sont, pour certains, des indications gnostiques subtiles et, pour d’autres, plus que subtiles -, sont en quelque manière guérison des maladies pour chacune des diverses catégories de savants exotéristes et ésotéristes. Alors même que cer tains versets, comme les versets du début de la sourate « le fer » (Cor. 57.1-6) et la sourate bénie « le tawhîd » (Cor. 112), sont, d’après un noble hadith du Kâfi, venus pour des gens profonds de la fin des temps, ils ont aussi de quoi combler les besoins des exotéristes. C’est là un des miracles de ce Noble Livre,,qui provient de son caractère synthétique.

Un autre thème et objectif de [ce Livre] est l’appel à réformer son âme, à purifier son intérieur des souillures de la nature physique et à acquérir le bon heur, en somme : comment cheminer et aller en pèlerinage vers Dieu. Ce noble thème se subdivise en deux branches importantes : l’une est le scrupule reli gieux, avec tous ses degrés, dont le fait de se tenir scrupuleusement à l’écart de tout cc qui est autre que la Réalité divine et de se détourner totalement de tout autre que Dieu ; l’autre est la foi, avec tous ses degrés et modalités, dont le fait de se toumer vers la Réalité divine et de retourner et revenir vers cette Sainte Essence. C’est là un des objectifs importants de ce noble livre, auquel se ramènent directement ou indirectement la plupart de ses thèmes.

Autre thème de ce Livre divin, les récits des Prophètes, des Awliyâ’ et des sages, ainsi que la manière dont la Réalité divine les a éduqués et dont ils ont éduqué les créatures, récits qui contiennent d’innombrables bénéfices et bien des enseignements. Tant de connaissances divines, tant d’enseignements et de pédagogies seigneuriales sont évoqués et mis en symbole dans ces récits que l’intelligence en reste interdite – gloire à Dieu et à Lui la louange et la grâce. Dans le récit de la création d’Adam, que la Paix soit avec lui, de l’ordre donné aux anges de se prostemer [devant lui], de l’enseignement des Noms [qui lui est donné], de ce qui est arrivé au Diable et à Adam, [récit] évoqué à plusieurs reprises dans le Livre de Dieu, il y a tant d’enseignements, de pédagogies, de sciences et de connaissances pour qui  » a du coeur et prête l’oreille en étant attentif  » (Cor. 50.37), qu’on en reste frappé de stupeur. Et si les récits co raniques, comme ceux d’Adam, de Moïse, d’Abraham et des autres Prophètes, que la Paix soit avec eux, sont répétés plusieurs fois, c’est précisément parce que ce Livre n’est pas un livre de récits et d’histoires, mais un livre de cheminement et de pèlerinage spirituels vers Dieu, livre du tawhîd, de con naissances, d’exhortations et de principes de sagesse, et que dans ces choses- là, la répétition est souhaitable pour qu’elles fassent effet sur les âmes endur cies et que les coeurs en tirent leçon.

Autrement dit, pour que les différentes âmes et les divers coeurs puissent chacun en bénéficier, celui qui veut éduquer et enseigner, avertir et annoncer, doit inculquer l’objectif visé au moyen d’expressions différentes et d’exposés divers, parfois au sein d’un récit et d’une anecdote, parfois par l’histoire et la relation d’événements, parfois crûment et d’autres fois par des exemples, des allégories et des symboles. Or, comme ce Noble Livre est fait pour le bonheur de toutes les catégories et pour l’ensemble de la famille humaine – et que le genre humain est diversifié sous le rapport des états d’âmes, des us et coutu mes, des caractères, des conditions de temps et de lieu -, il n’était pas possi ble de les appeler tous d’une manière unique. Maintes âmes ne sont pas prêtes à recevoir des enseignements crus et pour qu’on leur présente des thèmes bruts, et elles n’en subiront aucune influence : il faut appeler ceux-là et leur faire comprendre l’objectif visé d’une manière qui s’accorde avec la confïguration de leur esprit. Maintes âmes n’ont rien à faire de récits, d’anecdotes et d’histoires, mais sont attachées au coeur des questions et à l’essentiel des ob jectifs visés : on ne peut mettre ceux-là sur le même plan que les premiers. Que de coeurs auxquels il convient d’être effrayés, et combien dont l’affaire est promesse et bonne nouvelle ! C’est pour cette raison que ce Noble Livre a appelé les gens de différentes manières, par des arts multiples et des voies diverses. La répétition est nécessaire et inévitable dans un tel livre : un appel et une exhortation sans répétition et variation sortiraient du domaine de l’éloquence, et ce que l’on en attend – qu’ils fassent effet sur les âmes – ne se produirait pas sans répétition.

Pourtant, les choses se présentent si agréablement dans ce Noble Livre. que leur répétition ne lasse pas. Au contraire, chaque fois qu’il reprend un thème, il s’y trouve des spécificités et des compléments qui n’y sont pas les autres fois. Plus encore, à chaque fois il a concentré l’attention sur un point important de gnose ou d’éthique et axé toute l’histoire sur lui. Développer ce point nécessiterait de traiter exhaustivement des récits coraniques, ce qui ne peut trouver place dans ces pages condensées. L’homme faible et sans res source que je suis a inscrit parmi ses voeux de réaliser dans la mesure du pos sible, avec l’aide de Dieu, un livre consacré aux récits coraniques et à l’explicitation de leurs symboles et de la manière dont ils enseignent et éduquent, bien que cela soit, de la part d’un homme tel que l’auteur de ces lignes, un voeu bien infondé et une bien vaine illusion. En somme, l’évocation des récits des Prophètes, que la Paix soit avec eux, des circonstances de leur cheminement et pèlerinage spirituels, de la manière dont ils éduquaient les serviteurs de Dieu, leurs sagesses, leurs exhortations et leurs controverses [faites] de la plus belle manière, [tout cela] est une des plus grandes portes ouvrant sur les connaissances et les sagesses et une des plus hautes voies d’accés au bonheur et aux enseignements que la Réalité suprême à la gloire majestueuse ait ouvertes devant Ses serviteurs. Tout comme les maîtres de la connaissance spirituelle et les compagnons du pèlerinage intérieur et de la pratique ascétique ont de cela une part abondante qui comble leur besoin, les autres en ont aussi une part pleine et illimitée.

alhassanain.com


more post like this