Exégèse de la sourate 38 : Sâd
( Accueil > Coran > Exégèse)

5~8. Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu? Voilà une chose vraiment étonnante ». Et leurs notables partirent en disant : « Allez-vous en, et restez constants à vos dieux : c’est là vraiment une chose souhaitable. Nous n’avons pas entendu cela dans la dernière religion (le Christianisme); ce n’est en vérité que pure invention! Quoi! C’est sur lui, parmi nous, qu’on aurait fait descendre le Rappel [le Coran]?  » Plutôt ils sont dans le doute au sujet de Mon . Ou plutôt ils n’ont pas encore goûté à Mon châtiment!

Ibn ‘Abbâs rapporte : quand Abou Talib tomba malade, un groupe de qouraychites, dont Abou Jahl, entra chez lui. Ils dirent : « Ton neveu insulte nos idoles, il fait ceci et cela, il dit ceci et cela. Il vaut mieux que tu le fasses appeler et que tu l’en défendes ». Il lui envoya quelqu’un et le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) vint et entra. Il y avait une place entre les mécréants et Abou Talib; Abou Jahl, le maudit, craignant qu’Abou Talib soit attendri si le Prophète s’asseyait à son côté, bondit et occupa la place. Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) ne pouvant s’asseoir près de son oncle, s’assit à côté de la porte.
Abou Talib lui demanda : « Mon neveu! Comment se fait-il que ta tribu se plaint de toi et prétend que tu insultes leurs idoles, que tu dis ceci et cela? » Et tous se mirent à le blâmer.
Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) prit la parole et déclara : « Mon oncle! Je leur demande seulement de dire une parole; grâce à elle, les arabes les suivront et les non arabes leur payeront l’impôt ».
Ils furent effarés et s’exclamèrent : « Une seule parole!! Bien sûr, par ton père, même dix ».
Ils demandèrent : « Et laquelle? »
Abou Talib demanda : « Quelle est cette parole mon neveu? »
Le Prophète répondit : « Il n’y a de dieu que Dieu ».
Ils se levèrent effarés en secouant leurs habits et en disant : « A-t-il rendu les idoles un seul dieu, mais c’est inimaginable! »
Dieu révéla alors cette parole dans le Coran : {Réduira-t-il les divinités à un seul dieu, voilà une chose vraiment étonnante! Et leurs notables partirent en disant : « Allez-vous en et restez constants (soyez patients) à vos dieux, c’est un coup monté. Nous n’avons pas entendu (parler de) cela dans la dernière religion, ce n’est en vérité que pure invention. Quoi ? ! C’est sur lui parmi nous qu’on aurait fait descendre le rappel (Coran)! » Plutôt ils sont dans le doute au sujet de mon . Ou plutôt ils n’ont pas encore goûté à mon châtiment} (38/5-8).

35. Il dit : « Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d’un royaume tel que nul après moi n’aura de pareil. C’est Toi le grand Dispensateur ».

D’après Abou Hourayra (que Dieu l’agrée), l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Hier, un éfrit d’entre les djinns s’est mis à me tenter pour interrompre ma prière. Or, Dieu m’a permis de s’emparer de lui et je l’étranglai, j’eus l’intention de l’attacher à côté de l’un des piliers de la mosquée, afin qu’au matin vous puissiez tous le voir. Et je me souvins alors des paroles de mon frère Sulaymân (Salomon) : {Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d’un royaume tel que nul après moi n’aura de pareil…} Et Dieu chassa l’éfrit qui fuit en toute humilité. » (Mouslim n�842)

69. Je n’avais aucune connaissance de la cohorte sublime au moment où elle disputait.

Ibn Abbas a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui ) avait fait part de ces propos qui lui avaient été communiqués par Dieu au cours d’un rêve : Muhammad sais-tu de quoi discute l’Assemblée Supérieure ?
C’est au sujet des expiations, c’est-à-dire la prolongation du séjour dans la mosquée et le fréquent déplacement à pied pour assister à la prière en public et le fait de veiller à la perfection des ablutions en dépit des contraintes. Quiconque se conduit de la sorte, vivra en paix et mourra en paix et sera débarrassé de pêchés comme au jour de sa naissance ». (Tarmidhi 3157, Sahih al Djami’ 59)

Ibn Abbas dit : « Je n’ai aucune connaissance des discussions de l’Assemblée Supérieure » signifie : quand ces anges furent consultés sur la création d’Adam, ils en discutèrent et conclurent en disant : n’investis pas de calife sur terre ».

Souddy pense que la discussion renvoie au versets « Lorsque Ton Seigneur confia aux anges : « Je vais établir sur la terre un vicaire « Khalîfa ». Ils dirent : « Vas – Tu y désigneras un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? » – Il dit : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! » (Coran 2 :30).

Qataba pense que l’Assemblée en discussion est constituée des anges qui engagèrent une discussion à propos d’Adam quand Dieu leur avait dit : « Je vais créer un être humain à partir de l’argile ».

86. Dis : « Pour cela, je ne vous demande aucun salaire; et je ne suis pas un imposteur.

Masrûq a dit : Nous étions assis chez ‘Abdoullah alors qu’il était couché sur le côté, quand un homme vint lui dire : « Ô Abou ‘Abd-Ar-Rahman, au cours d’un récit de traditions qu’il faisait aux portes de Kinda un homme prétend et raconte que le verset (coranique) qui évoque la fumée, se rapporte au fait que (au Jour de la Résurrection), il viendra une fumée qui fera expirer les infidèles, tandis que les Croyants ne seront atteints que d’une sorte de rhume ». ‘Abdoullah se mit en colère, se mit sur son séant et dit : « Ô les hommes, craignez Dieu! Que celui parmi vous qui connaît une chose, qu’il la dise; ou bien qu’il dise : Dieu est Celui qui sait le mieux. C’est déjà faire preuve de science que de dire d’une chose qu’on ne sait pas : je l’ignore. Dieu, l’Exalté, a dit à Son Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) : {Dis : Pour cela, Je ne vous demande aucun salaire; et je ne suis pas un imposteur}. (Mouslim n�5006)


more post like this