Exégèse de la sourate 114 : Les hommes
( Accueil > Coran > Exégèse)

Les mérites de cette sourate

‘Ouqba Ibn Amir a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « N’as-tu pas entendu les versets qui ont été révélés celle nuit? on n’a jamais rien vu de semblable ! (Ce sont les sourates : « Dis : Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante » [Sourate : « Al-Falaq » (L’aube naissante)] et « Dis : Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes » [Sourate : « An-Nas » (Les hommes)] ». (Mouslim)

Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Personne ne peut obtenir un meilleur refuge qu’en lisant : {Dis, je me réfugie auprès du Seigneur de l’aube} et {Dis, je me réfugie auprès du Seigneur des hommes} ». (Mouslim)

Selon ‘Ouqba Ibn ‘Amir : « Le Saint Prophète lui dit : « Ne voudrais-tu pas que je t’enseigne deux sourates qui sont parmi les meilleures sourates que les gens récitent ? »
Il dit : « Enseigne les moi, Ô messager de Dieu ».
Alors, le Saint Prophète lui a enseigné les Mu’awwidhatayn. Puis la Prière a commencé et le Saint Prophète y a encore récité ces deux sourates ». (Ahmad, Abou Dâwoûd et An-Nasâi)

‘Abdullâh Ibn ‘Ubayd Al-Juhanî a dit que le Prophète lui dit : « Ibn ‘Ubayd, ne devrais-je pas te dire quels sont les meilleurs moyens par lesquels ceux qui cherchent refuge ont cherché refuge auprès de Dieu ? »
Je dis : « Instruis-moi, Ô Messager de Dieu ».
Il répondit : « {Dis, je me réfugie auprès du Seigneur de l’aube} et {Dis, je me réfugie auprès du Seigneur des hommes} – ces deux sourates ». (An-Nasâi, Al-Bayhaqî et Ibn Sa’d)

Les causes de la révélation de cette sourate

Ces sourates ont été révélées quand les Juifs avaient lancé un sort contre le Saint Prophète (que la paix soit sur lui) à Médine et qu’il en était tombé malade. (Ibn Sa’d, Al-Baghawî, Al-Bayhaqî, Ibn Hajar, Badruddîn Al-‘Aynî, ‘Abd Ibn Humayd)

Ibn Sa’d a rapporté sous l’autorité d’Al-Wâqidî que ceci est arrivé en l’an 7 après l’hégire.

1. Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes.

Zirr Ibn Hubaysh déclare : « Je dis à Ubayy : Ton frère, ‘Abdullâh Ibn Mas’ûd, dit ces choses. Qu’en penses-tu ? »
Il répondit : « J’ai posé la question au Saint Prophète (que la paix soit sur lui). Il m’a dit : « On m’a dit de dire [qul], alors j’ai dit [qul] ». Donc, nous aussi nous devons dire la même chose que le Saint Prophète ». (Al-Boukhâri, Ahmad, Al-Humaydî, Abou Nu’aym, et An-Nasai)

4. contre le mal du mauvais conseiller, furtif

L’Envoyé a dit : Le diable peut atteindre en l’homme ce que le sang peut atteindre, et c’est pour cela que j’ai eu peur qu’il ne lance quelque chose dans vos coeurs.

5. qui souffle le mal dans les poitrines des hommes

Ibn Abbâs a dit : « Le diable est juché sur le coeur du fils d’Adam. Quand celui-ci se distrait, est inattentif, l’autre lui chuchote (dans la poitrine). Et quand il fait le Rappel de Dieu, l’autre fait le dos rond ».

6. qu’il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain

{Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes et les djinns, qui s’inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées.} (6/112)

Abu Dhar : Je suis allé à l’Envoyé pendant qu’il était dans la mosquée. Je me suis assis, il m’a dit : « Ô Abou Dhar, as tu fait la prière ? »
J’ai dis : « Non. »
Il a dit : « Lève toi et prie. »
Je me suis levé pour la prière ensuite. Puis je me suis assis. Alors il m’a dit : « Demande refuge auprès de Dieu contre le ravage des diables d’entre les humains et les djinns. »
J’ai donc dis « Ô Envoyé de Dieu, est-ce-qu’il y en a parmi les humains et les djinns ? »
Il m’a dit « Oui. »


more post like this