INTRODUCTION

يا أيّها الناس قد جاءتكم موعظة من ربّكم و شفاء لما في الصدور و هدىً و رحمة للمؤمنين قل بفضل الله و برحمته فبذلك فليفرحوا هو خير ممّا يجمعون (يونس/57-58)

Louangeà Allah qui fit descendre le Saint Coran sur nous et les meilleures salutations sur le dernier et le sceau des messagers Allah, Mohammad ibn Abdullah (pslf), par qui le Saint Coran a été mis à notre disposition. Salutations sur les gens de sa Famille dont l’amour et l’obéissance ont été déclarés comme étant la seule récompense demandée pour la mission prophétique, selon les propos précis du Saint Coran.

Depuis les premiers jours de sa descente jusqu’à aujourd’hui, le Coran fut l’objet d’une grande attention ainsi que de divers débats et discussions.

Ces discussions ne peuvent pas prendre fin car chaque époque a ses propres caractéristiques ainsi que sa propre vision portée sur le Coran. Il appartient à chaque génération d’en tirer l’assignation appropriée.

Il est évident que nous ne sommes pas autorisés à prononcer des propos banals à l’endroit d’une source aussi fondamentale que l’est le Saint Coran. Les instructions nécessaires à la compréhension d’une source comme le Coran lui sont intrinsèques et en constituent l’unique chemin qui nous est montré par le coran lui-même afin d’arriver à cette compréhension appelée : at-tadabbur, comme nous le pouvons le voir dans cette interrogation coranique frappante qui blâme :

أفلا يتدبّرون القرأن أم على قلوبٍ أقفالها (محمّد/24 )

( » Ne méditent-ils pas le coran ? Ou bien y a-t-il des verrous sur leurs cœurs ? « )

Dansce verset le Coran nous enjoint de chercher à comprendre le coran par le Coran même.

Quantaux hadiths qui nous sont parvenus sous forme de récit oral ou écrit et qui sont les propos prononcés directement par l’un des Imams infaillibles (pse), successeurs légitimes du sceau des prophètes (pslf), nous avons le devoir de les confronter à  » la source fondamentale « , c’est-à-dire au Saint Coran, de façon à accepter tout ce qui convient au Saint Coran et à rejeter tout ce qui n’est pas en plein accord et en totale harmonie avec lui. Ceci selon un ordre venant de l’un des  » deux poids  » c’est-à-dire d’Ahl ul-Bayt ; la Sainte Famille du Noble Prophète (pslf), que celui-ci a présentée comme étant l’égale du Coran, dans le hadith de Thaqalayn, un hadith réputé et repris dans les sources les plus anciennes et les plus fondamentales du chiisme aussi bien que du sunnisme :

إنّي تارك فيكم الثقلين كتاب الله و عترتي ما إن تمسّكتم بهما لن تضلوا بعدي أبداً

( » Je laisse parmi vous deux poids ; le livre de Dieu et ma famille : tant que vous vous y accrocherez vous ne vous égarerez jamais après moi « ).

Il est à noter que le Coran reste l’unique document islamique officiel dont l’authenticité est irrécusable. Il est la preuve confirmant la prophétie de Mohammad (pslf) et constitue son défi (التحدّي) lancé officiellement au monde et à toutes les générations. Quant au hadith, celui-ci est subordonné au Coran qui le valide et l’authentifie. Le hadith est donc au service du Coran sans prévaloir sur lui. En procédant de cette manière, le hadith validé et authentifié trouve sa noble place dans la foi islamique.

Lehadith intervient dans de nombreux cas tels que le commentaire des versets coraniques, afin d’en élucider le sens ambiguë, d’en fixer les implications sur les décrets de la Charia (fur?’ul ahk?m), d’informer sur le passé et le futur, etc.


more post like this