Ali (as) dans le Coran : Tafsir sourate 3 AL-IMRANE

Partie 1 : Tafsir sourate 3 AL-IMRANE

« alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah et ceux qui sont bien enracinés dans la science, ils disent: ‹ Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!› Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent. » (Sourate âli imrane, verset 7)

Al-kadhi Chihab Al-din Ibn Hajar Al ‘Askalani (Al-châfi’i) a rapporté dans son livre « Al-Issaba fi tamyize al-sahhaba, tome 1, page 22? selon son sanad, selon Al-akhdhar ibn abi al-akdhar qui rapporte que le Messager d’Allah a dit : « Je combats pour la révélation du Coran et Ali combattra pour son interprétation ».

Je dirai (l’auteur) ceci implique que Ali est celui qui a la science de l’interprétation du Coran pour pouvoir combattre pour sa bonne interprétation.

Ali Al-Mouttaki Al-Hindi (Al-hanafi) dans « Al-Kanz » rapporte selon Abou Dharr qui dit : « J’étais avec le Messager d’Allah dans un endroit qui s’appelait « bakii’ al-gharkad », Il nous dit : « Au nom de Celui qui détient mon âme, il y a parmi vous un homme qui combattra après moi pour la bonne interprétation du Coran, tout comme j’ai combattu les mécréants pour sa révélation.

Ces gens que Ali combattra certifient qu’il n’y a de Divinité que Allah et que je suis son Messager.Ceci sera si pesant sur les musulmans qu’ils injurieront Ali le Wali de Dieu et s’indigneront de ses actions tout comme le Messager d’Allah Moussa s’est indigné lorsque le bateau fût ébréché, l’enfant fut tué et le mur fût redressé, alors que l’ébrèchement du bateau, l’assassinat de l’enfant ainsi que le redressement du mur étaient dans l’intention d’obtenir la satisfaction d’Allah. »

L’auteur a cité aussi dans le même ouvrage « Al-kanz » et selon Abou Saïd Al-kidhri qu’on demanda au Messager d’Allah : « S’agit-il de Abou Bakr et Omar ? » (c’est-à-dire celui qui combattra pour la bonne interprétation du Coran).

Il répondit « Non, mais il s’agit de celui qui est en train de rapiécer le soulier » c’est-à-dire Ali. » (Kanz Al-‘ommal,tome 6, page 390, 391)

Al-Hafidh al-Qandouzi Soulaymane (Al-hanafi) a rapporté dans son livre «Yanabii’ Al-mawadda, page 521 » que Ali Ibn Abi Talib a dit : « Où sont ceux qui ont prétendu mensongèrement et injustement qu’ils sont les plus enraciné dans la science à part nous.

Certes, Dieu nous a exaltés et les a rabaissés ; Il nous a accordés des faveurs et les a privés ; Il nous a fait entrer (probablement dans Sa miséricorde) et les a bannis. » ( Yanabii’ Al-Mawadda, page 521)

Al-Hafidh Al-hassakani (Al-Hanafi) rapporte que le Messager d’Allah a dit : « Ali remplira après moi l’office d’enseigner aux gens l’interprétation des versets dont ils ne connaissent pas le sens. »

Dans un autre exemplaire, le Messager d’Allah a aussi dit : « Ali informera les gens de l’interprétation des versets dont ils ne connaissent pas le sens. » (Chawahid Al-Tanzil tome 1, page 29)

Al-Hafidh Al-Qandouzi (Al-Hanafi) a aussi rapporté dans son « Yanabii’ » d’après Yahya Ibn Om Al-tawil qui dit : « J’ai entendu Ali ibn Abi Talib (que Dieu honore son visage) dire dans un hadith : « Lorsque le Messager d’Allah reçoit la révélation d’un verset pendant mon absence, les gens retiennent ce verset. A mon retour, le Messager d’Allah me récite les versets qui sont descendus sur lui pendant mon absence et me dit : « ô Ali (as), Allah m’a révélé tel ou tel verset pendant ton absence et telle est son interprétation. » Il m’enseigne aussi bien son interprétation que le pourquoi il a été descendu. » (Yanabi’ Al-Mawadda, page 73)

Dans l’exégèse de Fourat ibn Ibrahim Ibn Al-Koufi (selon son Sanad précité), d’après Soulaym ibn Qays qui a rapporté le discours de Ali (as), dans lequel il dit : « « Nul n’en connait l’interprétation à part Allah et ceux qui sont bien enracinés dans la science ».

Rasoulollah n’est-il pas l’un de ceux qui sont bien enracinés dans la science ?

Allah lui enseigna l’interprétation du Coran et lui à son tour, me l’a enseignée. Ceci restera toujours dans notre descendance jusqu’au jour de la Résurrection. » (Tafsir fourat al-hadith 30, page 9, imprimerie Al-Najaf Al-achraf)

Ibn Chadhane dans son livre « Al-Manaqib al –miâ » et selon les voies sunnites, d’après Anas Ibn Malik qui dit : « Le Messager de Dieu s’adressa à Ali Ibn Abi Talib et lui dit : « Après moi c’est toi qui enseignera aux gens l’interprétation des versets et tu les informeras du sens qu’ils ignorent. » » (Al-Manaqib Al-Miâ, Al-Mankaba 31, page 20-21)

Dans le Hadith Al-Mounachada (l’interpellation), le jour de « chourâ » (La consultation), plusieurs vertus de Ali Ibn Abi Talib ont été énumérées.

Ce hadith a été rapporté selon plusieurs Sanads parmi lesquels ceux qui arrivent à Amer ibn Wâ’ila. Dans ce hadith, Ali s’est adressé à cinq membres qui ont fait partie du Chourâ (la consultation) en disant : « Par Allah, je vous interpelle tous : lequel parmi vous — à l’exception de ma personne — à qui le Messager d’Allah a dit: « J’ai combattu pour la révélation du Coran et tu combattras pour son interprétation ! » Ils répondirent « Par Allah, aucun de nous hormis toi. »

Nombreux sont les historiens, exégètes, ceux qui retiennent les Hadiths et les narrateurs, qui ont conformément rapporté ce Hadith avec juste quelques différences dans certaines expressions. On cite parmi eux :

– Al-Hafidh Aboul-Hassen Ibn Al-Maghazili (Al-Châfi’i) dans ses « Manâkib ». (Al-Manâkib de Ibn Al-Maghazili, page 112)

– Le meilleur des orateurs, Al-Mouwaffak Ibn Ahmad Al-khawarizmi ‘Al-hanafi) dans ses « Manaqib ». (Al-Manaqib Lilkhawarizmi, page 246)

– Le ‘Allama des Châfi’ïtes Al-Hamwini dans ses « Farâ’id ». (Farâ’id Al-Simtay’n, partie 58)

– Ibn Hajar dans ses « Sawa’ik ». (Al-Sawa’ik Al-Mohrika, page 75 et 93)

– Al-Hafidh Al-Dhahabi dans son « Mizân ». (Mizâne Al-I’tidâl lil-Dhahabi, Tome 1, page 205)

– Ibn Abdel Barr dans son « Istiiâb ». (Al-Istiiâb Bi Hamich Al-Issâba, Tome 3, page 35)

– Al-Hafidh Al-Kinji dans son « Kifaya ». (Kifayat Al-Talib, page 242)

– Al-Nassa’i dans ses « Khassâ’is ». (Khassâ’is Amir Al-Mô’minines lil-Nassâ’i, page 40)

Ainsi que plusieurs autres…

« alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah et ceux qui sont bien enracinés dans la science, ils disent: ‹Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur ! › Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent. » (Sourate âli imrane, verset 7)

Al-Allama Al-Kinji Al-Châfi’i dans son « Kifaya » a rapporté d’après Al-Kachighri selon son sanad précité, selon Abdollah ibn Salama qui dit : « Le jour de la bataille de Siffine, j’ai vu Ammar. C’était un vieil homme imposant, à la peau brune, il tenait son arme et avait la main tremblante. » Il nous a dit : « Je me suis rallié trois fois sous cette bannière (il désignait l’étendard de Ali qu’Allah honore son visage) avec le Messager de Dieu.

Même s’ils nous combattent jusqu’à ce qu’ils nous fassent atteindre les branches des palmiers de Hajar (c’est la région d’Al-Bahrayn aujourd’hui et c’est pour désigner la férocité et la persistance de la bataille), je saurai toujours que nous sommes sur la voie juste et qu’ils sont dans l’égarement. » (Kifayat al-Talib, page 175)

Nombreux sont les démonstrateurs et les rapporteurs de hadiths qui s’accordent quant à son sens malgré une légère différence dans certaines expressions.

On peut citer parmi eux :

– Al-Hakim dans son Moustadrak (Al-Moustadrak ‘ala al-sahihayn, Tome 2, page 148)

– Ahmad Ibn Hanbal dans son Mousnad (Mousnad ibn hanbal, partie 6, page 289)

– Abou Dâwoud dans son Mousnad (Mousnad Abi Dâwoud, partie 3, page 90)

– Ibn Hajar dans Al-Issaba (Al-Issaba, Tome 1, section 4, page 125)

– Ibn Kotayba (dans l’Imama wal-siassa, Tome 2,page 106)

– Omar Ridha Kahala (dans A’lâm Al-Nissa, Tome 2,page 261)

Mouhammad Ibn Mouhammad Ibn ‘Abd Al-Karim Al-Chibâni Al-Jizri, connu par Ibn Al-Athir a rapporté dans son « Nihaya », selon son sanad et d’après Abi Saïd Al-Khidri qui a dit : « Quelqu’un d’encore meilleur que moi m’a raconté que le Messager de Dieu a passé sa main sur la tête de Ammar et lui dit pendant qu’il était en train de creuser la tranchée : « ô Ammar Ibn Soumaya ! Certes, ce sera la troupe tyrannique qui te tuera. » (Al-Nihaya fi Gharib Al-Hadith, partie 1, page 89).

Tout ceci prouve que Ali a combattu Mou’awiya légitimement et conformément à l’interprétation du Coran que seul Dieu et les plus enracinés dans la science connaissent, à l’instar de Ali Ibn Abi Talib. Plusieurs autres narrateurs ont rapporté ce même hadith comme Mouslim Ibn Al-Hajjaj Al-kouchaïri dans son ouvrage « Al-Jâmi’ Al-Sahih » (Sahih Mouslim, partie 4, page 2235), Al-Kinji Al-Câfi’i dans son « Kifaya » (Kifayat Al-Talib, page 174).

Ismâ’il Ibn Youssef Al-Talikani a cité dans son ouvrage « Al-Arba’ine Al-Mountakâ » (selon son sanad précité) selon Abi Sa’id Al-Khidri qui a dit :

« J’ai entendu le Messager de Dieu dire : « Il y a parmi vous un homme qui combattra pour l’interprétation du Coran tout comme j’ai moi-même combattu pour sa révélation. » Abou Bakr dit : « ô Messager de Dieu s’agit-il de moi ? » Le Messager d’Allah répondit : « Non ! » Omar demanda : « S’agit-il de moi alors, Messager de Dieu ? » Il répondit : « Non, mais plutôt celui qui est en train de rapiécer le soulier. » En effet, le Messager d’Allah a donné son soulier à Ali pour le raccommoder.

alhassanain.com


more post like this