Ali (as) dans le Coran : Tafsir de Al-Fatiha
Sourate « Al-Hamd » — Al-Fatiha

Trois versets dont Ali fait l’objet :

1) Bismillah Ar-Rahmane Ar-Rahim (verset 1)

2) Guide-nous dans le droit chemin (verset 6)

3) le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés (verset 7)

1) Bismillah Ar-Rahmane Ar-Rahim (Sourate 1 Al-Fatiha, verset 1)

Al-Hafidh Soulaymane ibn Ibrahim al-Qandouzi (al-Hanafi) décédé en 1294 de l’Hégire a dit dans son livre « Yanabi’ al-Mawadda » ainsi que dans « Al-Dorr Al-Monadh’am » (de Ibn Talha al-Halabi al-Chafi’i) dit : « Sachez que tous les secrets des livres Divins sont réunis dans le Coran, et tous les secrets (bienfaits) du Coran sont réunis dans sourate Al-Fatiha, et tous les bienfaits de Al-Fatiha sont réunis dans la « Basmala » (au nom), et tous les bienfaits de la « basmala » sont réunis dans le « bâ al-basmala » et tous les bienfaits du « bâ al-basmala » sont réunis dans le point qui est sous la lettre « bâ ». Après, il rapporte : « Ali (que dieu glorifie sa face) dit : « Je suis moi-même le point qui est sous la lettre « bâ ». »(Yanabi’ al-Mawadda, page 69)

Ceci veut probablement dire que la lettre « bâ » sans le point devient une lettre insignifiante et n’ayant aucune désignation. Ceci est comparable à l’importance de Ali Ibn Abi Talib par rapport au Coran, puisque Ali est le porte parole du Coran, sans lequel le Coran est considéré comme muet.

(Qandouzi l’a introduit en disant : « Imam Ali (que Dieu soit satisfait de lui) a dit : « Je suis le porte-parole du Coran. » (Yanabi’ al-Mawadda, page 69)

et sans lui la foi dans le Coran reste incomplète et c’est grâce à ses luttes dans le sentier d’Allah que l’Islam a connu la droiture, comme l’a stipulé le Messager d’Allah (sawas) qu’avec sa Wilaya, Dieu a parachevé la Religion et a accompli Ses bienfaits sur Ses serviteurs et avec la Wilaya, Il fût satisfait de leur choisir l’Islam comme Religion, comme l’indique le verset « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous. » (Al-Mâ-ida 3)

Par ailleurs, sans la Wilaya de Ali Ibn Abi Talib, la Religion reste inachevée, et sans laquelle le bienfait reste déficient et l’Islam sans la Wilaya de Ali ibn Abi TAli n’est pas l’Islam réel.

Selon ce hadith que le savant hanafi a stipulé, il faut préciser que toutes les « basmala » qui sont dans le Coran et qui sont du nombre de cent quatorze « basmala » sont pour le compte de Ali Ibn Abi Talib, sauf que nous nous contentons de la première « basmala » et ceux qui ont eu connaissance de cela doivent s’en rappeler s’ils ont l’intention de le faire.

Al-hafidh al-Qandouzi a cité la même chose selon al-hakim al-tirmidhi mouhammad ibn Ali dans « char’ al-rissala al-mawsouma bilfat’hou al-moubine, ibn ‘abbas (que Dieu soit satisfait de lui) dit : « Un soir, Ali (que Dieu soit satisfait de lui) nous expliquait le point sous la lettre « bâ » dans « bismillah arrahmane arrahime« , il n’a pas encore fini de le faire que le jour se leva. » (Yanabi’ al-mawadda page 70)
alhassanain.com


more post like this