Al-Qiyâmah (La Résurrection)

Al-Qiyâmah (La Résurrection)
C’est l’étape qui inspire la plus grande terreur et la plus grande frayeur parmi toutes les étapes de l’Autre-monde.

Allah – le Sublime – l’a décrite dans le Coran ainsi: «Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre et elle ne viendra à vous que soudainement».(Sourate al-A’râf, 7/ 187)

Al-Qutb al-Rawandî rapporte le hadith suivant de l’Imam al-Sâdiq (as) sur l’effroi et la terreur de ce Jour:

«’Issâ ibn Maryam (as) demanda à Jibrâ’îl (l’Archange Gabriel): «Quand aura lieu la Résurrection?» En entendant le mot Résurrection, Jibrâ’îl se mit à trembler si intensément qu’il tomba par terre et perdit connaissance. Quand il reprit ses esprits, s’adressant à ‘Issâ ibn Maryam (as), il dit:

«ô Rûh-ullâh (Esprit d’Allah) Celui qui est interrogé n’est pas plus au courant du mystère de la Résurrection que celui qui interroge». Avant de réciter, à l’appui ce verset coranique: «Ils t’interrogent sur l’Heure: «Quand arrivera-t-elle?» Dis:«Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui seul la manifesta en son temps. Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre et elle ne viendra à vous que soudainement». Ils t’interrogent comme si tu en étais averti. Dis: «Seul Allah en a connaissance». Mais beaucoup de gens ne savent pas».(Sourate al-A’râf, 7/ 187)

Cheikh Ali Ibrâhîm al-Qummî rapporte ce hadith de l’Imam al-Bâqir (as):
Le Prophète (swas) était assis un jour à côté de Jibrâ’îl. Lorsque le regard de celui-ci tomba sur le ciel, son visage changea de couleur à force de peur et de frayeur, et devint jaune comme le safran. Il se colla au Prophète (swas)) comme pour se protéger et conjurer la frayeur. Le Prophète (swas) dirigea alors son regard du côté où Jibrâ’îl avait regardé. Il vit un Ange dont l’énorme forme remplissait l’orient et l’occident, comme s’il constituait la couvercle de la Terre.

L’Ange s’adressa alors au Messager d’Allah et lui dit: «O Muhammad Je suis l’émissaire de ton Seigneur auprès de toi, ma mission est de te demander de choisir l’une de ces deux choses: préfères-tu être Roi et Messager ou Serviteur et Messager?» Le Prophète regarda Jibrâ’îl et vit qu’il avait repris sa couleur naturelle et ses esprits. Il dit au Prophète (P): «O Messager d’Allah Choisis d’être Serviteur et Messager». Le Prophète (P) informa l’Ange de ce choix. L’Ange posa alors son pied droit sur le ciel du monde ici-bas, son pied gauche sur le deuxième ciel, puis son pied droit sur le troisième ciel, suivi de son pied gauche sur le quatrième ciel, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il atteignît le septième ciel, traversant de la sorte les sept cieux, pour retourner d’où il était venu, c’est-à-dire qu’il passait d’un ciel à l’autre avec un seul pied. Et au fur et à mesure qu’il s’éloignait, sa forme et sa stature s’amoindrissait jusqu’à ce qu’il apparaisse comme un petit oiseau. Le Prophète (swas) tournant son regard vers Jibrâ’îl, lui dit: «J’ai remarqué en toi une grande frayeur, et ce qui m’a fait encore plus peur c’est le changement de couleur de ton visage». Jibrâ’îl répondit: «Ne me blâme pas, ô Messager d’Allah As-tu su qui est cet Ange? C’est Isrâfîl, le Chambellan de Dieu. C’est la première fois qu’il descend du ciel sur la Terre. Il n’en était jamais descendu depuis qu’Allah avait créé le ciel et la terre.

En le voyant descendre vers la Terre, j’ai cru qu’il était venu instaurer la Résurrection. Aussi ai-je eu une frayeur et une pâleur, comme tu l’as remarqué, par peur de la Résurrection. Mais lorsque j’ai constaté qu’Allah ne l’avait pas envoyé dans ce dessein, mais pour t’élire et te choisir, par égard pour toi, j’ai repris mes esprits, mon calme et ma couleur naturelle».(Bihâr al-Anwâr, édition de Beyrouth, 16/ 292, hadith 160 )

Selon un récit hagiographique:
«Il n’y a pas un Ange rapproché, ni un ciel ni une terre, ni un vent ni une montagne ni un désert ni une mer, qui ne craigne Allah le vendredi, car la Résurrection aura lieu un vendredi».

L’auteur commente et fait remarquer que les mots montagne, terre, ciel, mer etc seraient peut-être employés comme métonymies pour désigner les habitants ou les responsables de ces endroits, comme l’ont affirmé les exégètes du verset coranique précité, «Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre …».(Sourate al-A’râf, 7/ 187 )

Il est rapporté que lorsque le Prophète mentionnait le mot Résurrection, sa voix changeait et devenait plus intense, et son visage rougissait.

Selon al-Cheikh al-Mufîd dans Al-Irchâd, au retour du Prophète (swas) de la campagne de Tabûk, ‘Amr ibn Ma’ad Yakrub al-Zubaydî, un héros rendu célèbre par ses bravoures hors du commun, son intrépidité et son audace et qui s’était illustré dans les combats par ses exploits guerriers, se présenta devant le Prophète (swas), lequel lui conseilla:

«O ‘Amr Epouse l’Islam pour qu’Allah te préserve de la Grande Frayeur (al-Faza’ al-Akbar)». «Et c’est quoi la grande frayeur? Je suis de la trempe de ceux qui n’ont peur de rien», répondit ‘Amr, sûr de lui (….).

Le Prophète (P) lui dit: «ô ‘Amr Ce ne sera pas comme tu le crois Car d’un seul cri qui sera poussé, les morts ressusciteront et les vivants seront morts, excepté ceux qu’Allah ne voudra pas qu’ils meurent. D’un second cri tous les morts seront ressuscités et se mettront en rangs. Le ciel se fendra, les montagnes voleront en éclats et disparaîtront. Des braises de la taille des montagnes seront lancées de l’Enfer. Il n’y aura pas un seul vivant qui n’aie pas le coeur tremblant comme s’il allait être arraché. On se rappelle alors ses péchés et on ne s’occupe que de soi-même. Sauf ceux qu’Allah aura voulu qu’ils restent sur les droits chemins (…). La frayeur de la Résurrection est telle que les morts en sont terrifiés alors qu’ils se trouvent dans leurs tombes et en Barazakh (Purgatoire). Ils en auront d’autant plus peur que certains d’entre eux qui sont retournés à la vie, à la suite des implorations des Amis proches d’Allah (Awliyâ’Allâh), eurent les cheveux blancs, et lorsqu’on leur demanda la raison de la blancheur de leurs cheveux, ils répondirent: «Lorsqu’on nous a donné l’ordre de revenir à la vie, nous avons cru que la Résurrection a été décrétée Aussi nos cheveux noirs sont-ils devenus blancs par crainte de la frayeur de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 110 )

Voici maintenant quelques facteurs de nature à enlever les difficultés de la Résurrection et à rassurer contre la «Grande Frayeur»:

1- Il est rapporté que quiconque lit chaque jour ou chaque nuit la sourate Yûsuf (p), sera ressuscité, le Jour de la Résurrection aussi beau que Yûsuf, et n’éprouvera pas la «Grande Frayeur ce Jour-là».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 293.)

Selon l’Imam al-Bâqir (as): «Quiconque lit la sourate Al-Dukhân (chapt. 44), dans ses prières obligatoires ou surérogatoires, Allah le ressuscitera avec les gens rassurés et tranquilles».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 295. )

Selon l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque lit la sourate Al-Ahqâf (chapt. 46) chaque nuit ou chaque vendredi, la peur ne s’emparera jamais de lu dans la vie ici-bas et Allah le rendra rassuré le Jour de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 295. )

Toujours selon l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque lit la sourate Al-‘Açr dans ses prières surérogatoires, sera ressuscité, le visage limpide, la face brillante, les yeux réjouis, les lèvres dessinant un large sourire, jusqu’à ce qu’il entre au Paradis».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 298 )

2- Al-Kulaynî rapporte le hadith suivant du Prophète (swas) relaté par l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque respecte quelqu’un dont les cheveux sont devenus blancs au sein de l’Islam, Allah le mettra à l’abri de la Grande Frayeur du Jour de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 302, hadith 53 )

3- Toujours selon l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque meurt sur la route de la Mecque, lors de l’aller ou du retour, sera préservé de la Grande Frayeur du Jour de la Résurrection, et n’en aura pas peur».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 302, hadith 55 )

Et:

«Quiconque meurt dans l’Enceinte sacrée (haram) de la Mecque ou de Médine, Allah le ressuscitera avec ceux qui n’auront pas à craindre (la Grande Frayeur) et seront en sécurité le Jour de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 298. Hadith 57 )

4- Al-Kulaynî rapporte ce hadith de l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque est inhumé dans l’Enceinte sacrée de la Mecque, sera préservé de la Grande Frayeur».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 298, hadith 54 )

5- Al-Sadûq cite le hadith suivant du Prophète (swas): «Quiconque a l’occasion de commettre un acte immoral (adultère ou quelque chose de semblable) et qu’il s’en abstient par crainte d’Allah, Allah lui interdira le Feu de la Géhenne et le préservera de la Grande Frayeur de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 303, hadith 60 )

6- Le Prophète (P) dit aussi: «Quiconque devient hostile envers soi-même, sans devenir hostile envers les gens, Allah le mettra à l’abri de la Grande Frayeur de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 303, hadith 60 )

7- L’Imam al-Bâqir (p) dit: «Quiconque retient sa colère et son irritation (face à une offense) tout en pouvant l’exprimer, Allah remplira son coeur de Foi et de sécurité».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 298, hadith 62 )

8- Allah – Il est Béni et Exalté – dit: «Quiconque viendra avec le bien aura bien mieux, et ce Jour-là ils seront à l’abri de toute frayeur».(Sourate al-Naml, 27/ 89 )

Commentant ce verset, l’Imam Ali (as) dit: «Le bien dans ce verset, c’est la connaissance et l’amour envers nous, les Ahl-ul-Bayt (les Membres de la Famille du Prophète (swas)».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 117, note du hadith 54)

9- Al-Sadûq rapporte ce hadith de l’Imam al-Sâdiq (as): «Quiconque vient au secours de son frère (en Religion) angoissé et soucieux avec ce qu’il peut, en dissipant son angoisse et ses soucis ou l’aide à satisfaire son besoin, Allah lui accorde 72 miséricordes, une dans la vie ici-bas, pour améliorer son quotidien, et lui réservant les 71 autres pour faire face aux terreurs et à la frayeur du Jour de la Résurrection».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 319 )

Cheikh Châthân ibn Jibrâ’îl al-Qummî rapporte que Prophète (swas) dit avoir vu la nuit de l’Ascension vers le ciel les mots suivants écrits sur la deuxième porte du Paradis: Lâ ilâha illâllâh, Muhammadan Rasûl-ullâh, ‘Aliyyan Waliyy-ullâh, wa li-kulli chay’in hîlah (il n’y a de Dieu qu’Allah, Muhammad est le Messager d’Allah, Ali est l’Ami rapproché d’Allah. Pour toute chose, il y a un secret). Or le secret de la joie dans l’Au-delà tient à quatre qualités: être aimable envers les orphelins, être tendre avec les veuves, satisfaire les besoins des Musulmans, prendre en charge les pauvres et les indigents. De là les ulémas et les grands chefs religieux ont déployé tous les efforts à travers l’histoire en vue d’aider les croyants et de promouvoir l’aide aux croyants.

10- L’Imam al-Redhâ (p) dit: «Quiconque rend visite à la tombe de son frère musulman et en posant sa main sur la tombe lit la sourate Al-Qadr (chapt. 97) 7 fois, Allah lui assurera la sécurité le Jour de la Grande frayeur».(Bihâr al-Anwâr, 7/ 302, hadith 58 et 102/ 295 )

 

Tables des matière
Cheikh Ali Ibrâhîm al-Qummî rapporte ce hadith de l’Imam al-Bâqir (as):

Selon un récit hagiographique:

source : alhassanain.com


more post like this